Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Magazine

Le défi a été relevé en quelques années

Comment l'Islande a rendu ses ados “clean”

Couvre-feu, prévention, relèvement de la majorité et sport à gogo: en quelques années, l'Islande a quasiment éradiqué l'abus d'alcool, de tabac et de drogue chez ses adolescents. À la fin des années 1990, une série d'enquêtes sociales met au jour la dérive des jeunes Islandais. À l'époque, plus de 40% des ados de 15 et 16 ans déclarent avoir bu au cours du mois précédent, un sur quatre fume et 17% reconnaissent avoir déjà consommé du cannabis - un taux comptant alors parmi les plus élevés d'Europe.
“Les chiffres étaient inacceptables”, analyse aujourd'hui le sociologue Helgi Gunnlaugsson. “Cela a été un choc mais surtout un déclic”.  “Quiconque marchait dans les rues de Reykjavik (à cette époque) le vendredi  ou le samedi soir aurait eu peur! Les adolescents déambulaient ivres, désagréables, ils étaient bruyants... Cela semblait même dangereux. Toute la  société s'est inquiétée, pas seulement les parents”, relève Harvey Milkman, professeur de psychologie à Denver et impliqué dans le projet depuis ses prémices. Sous l'impulsion de Jon Sigfusson, directeur du Centre islandais pour la recherche et l'analyse sociale (Icelandic Centre for Social Research and Analysis, ICSRA), le gouvernement lance en février 1997 un programme appelé “Drug-free Iceland” (Une Islande sans drogue), renommé ultérieurement “Youth in Iceland” (Les jeunes en Islande). Sa clé de voûte: des questionnaires anonymes soumis aux écoliers et collégiens, qui permettent une véritable radiographie d'une génération. “Quand avez-vous bu pour la dernière fois ? Avez-vous déjà été ivre? Avez-vous déjà essayé de fumer ? Si oui, à quelle fréquence fumez-vous ? Combien de temps passez-vous avec vos parents? À quelles activités participez-vous ?”

Mobilisation générale
En 1998, autorités et travailleurs sociaux estiment avoir recueilli suffisamment d'informations pour décréter la mobilisation générale. Un couvre-feu frappe les mineurs de 13 à 16 ans qui ont encore aujourd'hui interdiction d'être dehors après 22h, avec la permission de minuit du 1er mai au 1er septembre - quand il fait encore jour très tard le soir.
La majorité civile est portée de 16 à 18 ans, la vente de tabac interdite aux moins de 18 ans et l'achat d'alcool illégal avant 20 ans. En Islande, par ailleurs, les cigarettes sont invisibles sur les étalages, leur prix est parmi les plus élevés d'Europe, avec un prix moyen de 9 euros le paquet, et comme dans la majorité des pays nordiques, l'alcool est vendu dans des magasins d'État et taxé à plus de 80%.
Le programme encourage de son côté la pratique du sport. Dans la capitale islandaise, chaque famille dispose d'une enveloppe annuelle de 35 000 couronnes (environ 300 euros) par enfant de 6 à 18 ans pour l'exercice d'une activité extra-scolaire. Certains, ici, y voient un des facteurs expliquant l'essor du foot sur la petite île de l'Atlantique Nord et le parcours exceptionnel de son équipe à l'Euro-2016, où elle ne s'est inclinée qu'en quarts de finale face à la France.
 
Pêche, foot et bowling
À bientôt 15 ans, Kristjan Johannesson affirme n'avoir jamais bu une goutte d'alcool, ni touché une cigarette. Sur les murs de sa chambre, il expose fièrement ses exploits à la pêche ou au foot. Sur le terrain synthétique de Breidholt, au sud de Reykjavik, il tape le ballon cinq fois par semaine. “C'est un plaisir de jouer au foot surtout avec mes amis, on s'éclate”. Avec son catogan à la Zlatan Ibrahimovic, son idole, il vient tout juste d'être sélectionné avec l'équipe nationale des moins de 16 ans. À l'âge où nombre d'adolescents s'enferment dans leur chambre, Kristjan passe le plus de temps possible avec ses parents. Car les concepteurs du programme islandais prônent “plus de proximité, d'attention et de partage” au sein de la famille, explique Jon Sigfusson, le directeur de l'ICSRA.
Conscients du mal et appuyés par les structures scolaires, nombre de parents ont suivi ces recommandations. “Nous faisons plus de choses avec nos enfants que par le passé”, reconnaît ainsi Asdis, la mère de Kristjan, qui apprécie particulièrement les parties de bowling avec son fils.
Le programme a vite porté ses fruits, réduisant les problèmes de moitié en seulement huit ans, explique Jon Sigfusson. Et près de vingt ans après son lancement, la table est renversée: le pourcentage des jeunes déclarant avoir bu au cours du mois précédent a chuté à 5%, les fumeurs réguliers sont seulement 3% et 7% avouent avoir consommé du cannabis. Si l'amélioration suit une tendance européenne accréditée par les enquêtes ESPAD (European School Project on Alcohol and other Drugs), il n'y a qu'en Islande qu'elle prend de telles proportions.
Depuis 2006, 35 municipalités à travers 17 pays -en majorité en Europe- ont participé à un projet européen inspiré des questionnaires du modèle islandais et visant à étudier les pratiques des jeunes, explique Jon Sigfusson. Parmi les participants à cette initiative intitulée “Youth in Europe” figure notamment la ville de Tarragone, en Espagne.  
Mais des mesures radicales telles que celles prises par l'Islande sont, elles, encore rares à l'étranger. L'Islande ne compte que 340 000 habitants, l'équivalent de la population de Nice, dans le sud de la France.
Il est peut-être “techniquement beaucoup plus compliqué” de mobiliser la communauté quand l'échelle est beaucoup plus importante, relève le sociologue Helgi Gunnlaugsson, selon qui ce n'est toutefois “pas impossible”. L'Islande a en outre “un état d'esprit” propice, dit-il : dans ce pays, on est convaincu qu'“on peut changer les choses pour faire mieux”.     


Jérémie RICHARD (AFP)


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER