Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Magazine

Réfugiés en Turquie

La deuxième vie des entrepreneurs afghans

Il y a 30 ans, l'homme d'affaires Haji Yakup Burhan quittait pour de bon son pays, l'Afghanistan, emportant avec lui sa famille et tous ses biens. Il s'est d'abord rendu en Arabie Saoudite où il a ouvert un restaurant. Mais ses enfants ne pouvaient aller à l'école locale, où ils n'étaient pas les bienvenus et où l'absence de statut de leur famille dans un pays qui ne reconnaît pas les réfugiés était un obstacle. 

Alors, Haji Yakup Burhan a déménagé aux Émirats arabes unis, mais la vie à Dubaï était trop chère. Il y a deux ans, il a posé ses valises en Turquie avec sa famille. Profitant des conditions relativement favorables pour les réfugiés qui veulent y faire des affaires, avec des démarches administratives simplifiées lors de la création d'un nouveau commerce, il a ouvert un restaurant à Istanbul, l'Afghan Kebab, dans le district périphérique d'Esenyurt. “Aujourd'hui, 15 personnes travaillent pour moi dans ce restaurant, des Afghans, des Iraniens, des Turcs. J'y ai investi environ 120 000 dollars”, explique M. Burhan à l'AFP. 
“Je dirais que 60% de nos clients sont des Afghans qui vivent ici. Le reste, ce sont des Arabes, des Iraniens et des Turcs”, ajoute-t-il. M. Burhan fait partie d'un nombre croissant d'entrepreneurs afghans qui connaissent le succès en Turquie où ils se sont réfugiés, amenant avec eux leurs économies, mais aussi des compétences recherchées dans les domaines de la restauration, de l'artisanat ou du commerce. 
Si les Syriens constituent l'essentiel des près de quatre millions de personnes réfugiées en Turquie, plus de 145 000 Afghans y vivent aussi, selon Amnesty International. Certains Turcs considèrent les migrants et réfugiés afghans comme un poids, mais ce n'est pas le cas dans la banlieue où habite M. Burhan, où leur apport est vu comme positif, grâce à leur contribution à l'économie.

Nationalité soldée
À l'intérieur de l'Afghan Kebab, les clients dévorent leur kabuli palaw, un plat populaire afghan fait de riz épicé et de poulet, les yeux rivés sur la télévision où une chaîne afghane diffuse une série turque. “Pour le moment, nous sommes le seul restaurant afghan dans le quartier”, souligne M. Burhan en sirotant un thé vert assis en tailleur sur un coussin de sol. Afin d'attirer plus d'investissements alors que la situation économique s'est dégradée l'an dernier, Ankara a abaissé en septembre d'un million de dollars à 250 000 dollars la somme à partir de laquelle un étranger investissant dans l'immobilier peut demander la nationalité turque. 

Ces mesures d'incitation ont fait bondir de 82% des investissements dans l'immobilier par des étrangers au premier trimestre 2019, selon l'office turc des statistiques (Tüik). Les Afghans ne représentent qu'une petite fraction de ces étrangers investissant dans la pierre ­— aucun chiffre précis n'est disponible —, mais contrairement à une image répandue, tous ceux qui fuient l'Afghanistan ne sont pas dans le dénuement. “Nos ventes de logements ont doublé cette année par rapport à la même période l'année dernière”, indique à l'AFP Mehmet Yasin Hamidi, un Afghan qui dirige une agence immobilière dans le district de Beylikdüzü, en périphérie d'Istanbul, et qui compte de nombreux Afghans parmi ses clients. “Les gens ne peuvent pas protéger leur vie ou leur argent en Afghanistan”, déclare M. Hamidi. “Si vous avez de l'argent, vous ou vos enfants risquent d'être kidnappés. Les hommes d'affaires sont menacés là-bas, c'est pour cela qu'ils apportent leur argent ici.” 
 

Par Emal HAIDARY (AFP)


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER