Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Autres / Magazine

Il a adopté l’anglais comme langue d’enseignement il y a 10 ans

Le Rwanda regarde à nouveau aussi vers le monde francophone

Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, candidate pour prendre en octobre la tête de la Francophonie, ©D. R.

Si les Rwandais se sont d'abord tournés massivement vers l'anglais, ils n'ont pas complètement délaissé le français, qui a récemment retrouvé de la vigueur.

Après s'être résolument tourné vers le  monde anglophone en faisant il y a dix ans de l'anglais la langue  d'enseignement, le Rwanda a effectué ces dernières années un rééquilibrage avec  le retour en grâce du français et voit désormais dans ce bilinguisme un atout,  aux côtés des langues locales, kinyarwanda et swahili.
Langue de l'ancien colonisateur belge, le français a commencé à subir au  lendemain du génocide de 1994 la concurrence de l'anglais, parlé par la plupart  des réfugiés tutsi revenus d'Ouganda pour former la nouvelle élite politique et  administrative.
Le président Paul Kagame, lui-même éduqué en Ouganda, a introduit dans la Constitution de 2003 l'anglais comme troisième langue officielle avec le kinyarwanda et le français.
Puis en 2008, le français a été remplacé par l'anglais comme langue d'enseignement obligatoire à l'école. Le français n'a plus été offert, comme  langue enseignée, que dans le secteur privé, ou comme matière optionnelle au  secondaire dans le public.
L'administration aussi s'est mise à l'anglais, même si les lois ont  continué à être publiées dans les trois langues officielles, auxquelles s'est  joint en 2017 le swahili. Devenu en 2007 membre de la Communauté des États d'Afrique de l'Est (EAC), anglophone, puis en 2009 du Commonwealth, le Rwanda a donné l'impression de se détourner de l'espace francophone.
Ce d'autant que les relations entre le Rwanda et la France, accusée par Kigali d'avoir joué un rôle dans le génocide (environ 800 000 morts), restaient extrêmement tendues, malgré la reprise des relations diplomatiques en 2009.  “C'est une mauvaise interprétation. Il était nécessaire que le Rwanda  essaie de faire partie de ce club des pays qui parlent anglais”, conteste  auprès de l'AFP la ministre des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, candidate pour prendre en octobre la tête de la francophonie.
    
La vigueur retrouvée du français
“L'interprétation qui veut faire croire que le Rwanda s'est tourné vers  l'anglais contre le français a peut-être été le résultat des relations entre la  France et le Rwanda”, ajoute-t-elle. “Je crois qu'il y a eu confusion entre les relations du Rwanda et de la France, et les relations du Rwanda avec la francophonie”.
La décision brutale de changer la langue d'enseignement n'a pas été sans  conséquences. Elle a mis en lumière la pénurie d'enseignants anglophones et  contraint les francophones à enseigner - mal le plus souvent - dans une langue  qu'ils maîtrisaient peu.
Mais si les Rwandais se sont d'abord tournés massivement vers l'anglais,  ils n'ont pas complètement délaissé le français, qui a récemment retrouvé de la  vigueur.
Selon l'Organisation internationale de la francophonie (OIF), 700 000 Rwandais, soit 6% de la population, étaient francophones en 2015. Le français  reste ainsi la langue étrangère la plus parlée au Rwanda devant l'anglais. Ce faible pourcentage s'explique par le fait que le kinyarwanda est parlé  par presque tous les Rwandais, lesquels n'ont donc pas besoin de langue  étrangère pour se comprendre, contrairement aux pays africains où plusieurs  langues locales coexistent. Le français a été réintroduit en 2014-2015 comme langue enseignée au  primaire dans le public. Rouverte en 2010, l'école française de Kigali reçoit  de nouveau de nombreuses demandes d'inscription.  Les chaînes de télévision publiques proposent des émissions en kinyarwanda,  anglais et français. France 24 et TV5 sont les chaînes étrangères les plus  regardées, et les bouquets Canal+ sont très appréciés.
    
“Au carrefour des deux mondes”
Dans les librairies de Kigali, trônent le Monde diplomatique ou Jeune  Afrique, mais peu de magazines en anglais. Les écrivains rwandais les plus  connus écrivent parfois en kinyarwanda mais le plus souvent en français.
“Ca dépend du public. Si vous voulez parler aux Rwandais de choses simples,  claires, compréhensibles, vous utilisez le kinyarwanda. Si vous voulez parler à  une classe un peu plus cultivée, qui a des notions un peu plus internationales,  vous écrivez en français”, explique l'un d'eux, Antoine Mugesera.
Cet historien souligne aussi que toute l'histoire orale du pays a été  retranscrite en français. “C'est tout un patrimoine que nous devons conserver  précieusement”, dit-il. L'élite du pays a adopté le bilinguisme anglais/français. Mais le français  garde l'image d'une langue plus noble. “C'est vrai que quand tu parles  français, les gens te mettent tout de suite sur un certain niveau d'éducation”,  souligne le poète hip hop Eric Ngangare “1key”. Les francophones rwandais pensent que l'élection de Mme Mushikiwabo comme secrétaire générale de l'OIF permettrait d'encore renforcer la place du  français au Rwanda, sans renier pour autant l'anglais.
Sa candidature est la preuve que la décision de 2008 n'était pas tant  guidée par l'idéologie que par le même pragmatisme qui conduit aujourd'hui le Rwanda, aux ambitions régionales affirmées, à se tourner à nouveau vers  l'Afrique francophone.
“Nous sommes au carrefour des deux mondes”, remarque M. Mugesera. “Une  seule langue c'est une pauvreté, deux langues c'est une richesse. Je pense que  tout le monde est conscient qu'il faut garder les deux langues. Ce serait pour  nous un atout énorme”.

AFP


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER