Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Magazine

Indonésie

Les îles de Raja Ampat, un paradis en sursis

Avec ses eaux turquoise,  ses plages de sable blanc et ses coraux multicolores, l'archipel de Raja Ampat  attire des visiteurs du monde entier. Mais ce coin de paradis perdu en  Indonésie est menacé par le tourisme de masse, et ses habitants s'inquiètent  pour l'environnement.
Les îles de Raja Ampat — qui signifie “les quatre rois” en indonésien — abritent 1.400 espèces de poissons et 600 variétés de coraux qui en font l'une  des plus grandes biodiversités  marines de la planète.
Cet archipel de 1 500 îles souvent montagneuses situé en Papouasie  occidentale (est), où se rencontrent les océans Indien et Pacifique, est une  destination prisée des amateurs de plongée sous-marine.
"C'est incroyable. Nous sommes allés sur des millions d'îles et je dirais  que celle-ci est la plus belle", confie à l'AFP Angelika Redweik-Leung, une  touriste canadienne de 51 ans, en contemplant la vue depuis un poste  d'observation de l'île Pianemo.
Difficiles d'accès, ces îles lointaines aux 750 km de plage abritent pour  le moment un nombre limité d'hôtels et de bungalows.
 Mais les intentions du gouvernement indonésien de faire de Raja Ampat un  nouveau Bali  — île la plus touristique de ce pays d'Asie du Sud-Est — inquiètent d'autant plus les habitants qu'ils se plaignent déjà de ne pas  profiter des retombées du tourisme.

Paquebots et dégâts
Pour attirer davantage de visiteurs, les autorités veulent accroître les  liaisons aériennes et aménager un plus grand port pouvant accueillir des  paquebots. Aujourd'hui, le temps nécessaire pour rejoindre cet archipel d'îles  éparpillées sur 67 000 kilomètres carrés au large de la Papouasie occidentale, des deux côtés de l'équateur, a de quoi dissuader bien des amateurs: depuis la  capitale indonésienne Jakarta, il faut quatre heures d'avion pour rejoindre  Sorong, où se trouve l'aéroport le plus proche, puis deux heures de bateau pour  gagner Waisai, la capitale de l'archipel, et deux de plus pour une île de rêve...  Nombre d'habitants de cette province indonésienne s'inquiètent des menaces  que fait peser le tourisme de masse sur les sites naturels de Raja Ampat.
En mars, un bateau de croisière appartenant à une société britannique a  percuté des récifs coralliens uniques près de l'île de Kri, site de plongée  mondialement connu, provoquant la colère des habitants. Le Caledonian Sky, un paquebot de 4 200 tonnes, avait heurté ces rochers  pendant la marée basse. Bloqué dans les récifs, le bateau, qui transportait 102 passagers et 79  membres d'équipage, avait été remis à flot par un remorqueur avant de  poursuivre sa croisière, laissant derrière lui des dégâts considérables : quelque 13 500 mètres carrés de récifs coralliens avaient été endommagés. Leur restauration pourrait coûter plus de 15 millions d'euros, selon des  experts locaux. La société exploitant le paquebot, Noble Caledonia, devrait  être jugée prochainement en tant que personne morale par un tribunal de  Papouasie.
    
Exclus et “trahis”
Après cet accident, des itinéraires pour bateaux de croisière ont été  établis afin de prévenir une nouvelle catastrophe. Mais de nombreux indigènes  sont depuis devenus méfiants à l'égard du tourisme. Sur une île à deux heures de bateau de Waisai, des habitants expliquent à l'AFP ne rien tirer de l'arrivée de 15 000 touristes par an désormais, contre  moins de 5 000 en 2010. Les villageois continuent de vivre dans des huttes sans  électricité ni eau potable, très loin du collège et du lycée de Waisai.
"Nous les indigènes, nous ne ressentons pas les effets du développement",  déplore Paul Mayor, chef de la tribu des Byak Betew. Nombre d'entre eux s'estiment exclus. À leurs yeux, le tourisme ne fait que  nuire à l'environnement. “Ils ont pris nos terres, notre eau, notre forêt. Nous  nous sentons trahis”, dit M. Mayor. La Papouasie occidentale, vaste région peu peuplée et riche en ressources  naturelles, a été annexée en 1969 par l'Indonésie, à l'issue d'un conflit  sanglant, après plus d'un siècle de colonisation néerlandaise.
    
Revendications  
De nombreux Papous, peuple ancestral d'origine mélanésienne, réclament  l'indépendance comme la Papouasie Nouvelle-Guinée, l'autre moitié de cette  grande île qui l'a obtenue en 1975 après avoir été une colonie australienne. Le président indonésien Joko Widodo a promis après son arrivée au pouvoir  en 2014 d'accélérer le développement de la Papouasie, mais la tribu des Byak Betew voit peu de résultats. Ses membres disent avoir besoin de communications par satellite,  d'électricité, de meilleures infrastructures, et réclament le droit de gérer  eux-mêmes leur région. “Le gouvernement devrait avoir une approche basée sur nos besoins  culturels, il devrait intervenir en écoutant les aspirations culturelles des  habitants de la région”, estime le chef de la tribu. Au village, d'autres comme Medzke Karoswaf sont malgré tout favorables à  l'afflux de touristes. “C'est un monde moderne. Nous ne pouvons pas vivre  isolés comme dans une grotte. Nous devons avoir l'esprit ouvert. Qu'on le  veuille ou non, nous ne vivons pas seuls dans ce monde.”


Kiki Siregar


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER