Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Magazine

Toxicomanie

Paris va ouvrir la première “salle de shoot” en France

La première “salle de shoot” officielle en  France ouvrira vendredi dans un hôpital parisien, où des toxicomanes pourront s'injecter leurs drogues dans de bonnes conditions sanitaires, une expérimentation saluée par les associations mais critiquée par certains  riverains et l'opposition de droite. La ministre de la Santé Marisol Touraine et la maire de Paris Anne Hidalgo visitent mardi cette “salle de consommation de drogue à moindre risque” (SCMR) située à l'hôpital Lariboisière, près de la gare du Nord, le quartier le plus touché de Paris par la consommation de drogues.
Avec cette expérimentation, qui accueillera vendredi ses premiers usagers, la France rejoint les nombreux pays (Allemagne, Australie, Canada, Espagne, Danemark, Luxembourg, Norvège, Pays-Bas et Suisse) où de tels espaces ont fait la preuve de leur efficacité ces dernières années. Ouverte de 13h30 à 20h30 chaque jour et aménagée sur 450 m2 dans l'enceinte même de l'hôpital avec une entrée séparée, la salle comprend un accueil, une  salle d'attente et une salle de consommation.  Elle pourra accueillir chaque jour une centaine de personnes, obligatoirement majeures. Une vingtaine de médecins, infirmiers, éducateurs,  assistants sociaux et agents de sécurité seront à leur disposition.  Ces salles sont réservées aux toxicomanes majeurs qui s'injectent des produits qu'ils apportent eux-mêmes, sous la supervision de personnes  qualifiées, avec du matériel stérile. Elle ouvre dans le cadre d'une expérimentation de six ans. Strasbourg (est) et Bordeaux (sud-ouest) sont également candidates pour l'expérience. Ces salles, demandées depuis des années en France par les associations et une partie du corps médical, sont très contestées par d'autres spécialistes qui les jugent contre-productives, ou des riverains qui craignent des troubles de voisinage.
Lundi, le parti d'opposition de droite Les Républicains a pointé “le risque d'un encouragement de la présence des dealers”. La députée Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire de la droite, s'y oppose. “Dans la salle de shoot, il n'y a pas de thérapies. Ce qui est proposé, c'est d'avoir une amélioration sanitaire” mais “pas  d'accompagnement pour pouvoir s'en sortir”, a estimé l'élue parisienne.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER