Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Magazine

Son cachet ottoman irrémédiablement défiguré

Quel sort pour le “Palais du roi du Dahomey” ?

Le “Palais du roi Behanzin Kondo”, 11e roi du Dahomey (actuel Bénin), qui a séjourné à Blida durant son assignation à résidence par l'administration coloniale française de 1894 jusqu'à sa mort en 1906, reste le plus important édifice des “Douirette”, un vieux quartier de la ville fondé au XVIe siècle. Après le rapatriement des ossements du roi en 1928, ce palais a connu des changements, dans ses structures et architecture, qui ont irrémédiablement défiguré son cachet typiquement ottoman.
Achetée depuis de longues années par un homme d'affaires de la région, cette demeure s'est agrandie de deux étages supplémentaires, construits à l'aide de matériaux inadaptés, sans aucun respect pour l'architecture originelle. Envahie par une végétation abondante, cette demeure quasi abandonnée, située à l'écart des Douirette, tout en étant une partie intégrante, est aujourd'hui inaccessible aux visiteurs. Le “Palais du roi du Dahomey” se compose d'une résidence de 400 m2 entourée de terres agricoles, soit une superficie totale de plus de 10 000 m2. Il reçoit souvent des délégations officielles ou d'étudiants du Bénin. Le dernier passage d'une de ces délégations remonte à 2015, à la faveur de la visite d'État du président béninois Thomas Boni Yayi, en Algérie. En 2008, la résidence a été saisie et vendue aux enchères à l'établissement bancaire El-Baraka, affirme le responsable du service du patrimoine à la direction de la culture de Blida, Mourad Messika, qui précise que cette dernière s'est “opposée” à la vente et reste en contact avec le ministère de la Culture pour “trouver une solution permettant la préservation de ce bien” patrimonial.
Pour sa part, le directeur de la banque, Miloud Chaili, explique que le domaine a été revendu en 2015 à “Dar El-Baraka”, une filiale de promotion immobilière de la banque et qu'“aucune partie n'a émis des réserves” sur la transaction. L'acquéreur, qui a demandé un permis de construire auprès de la wilaya de Blida, a toutefois “essuyé le refus des autorités publiques”, nuance-t-il.
Le directeur du patrimoine au ministère de la Culture, Mourad Bouteflika, a précisé de son côté que l'édifice n'était pas protégé: “Il n'est ni classé bien culturel ni porté sur la liste indicative” des biens culturels. Il affirme que le ministère de la Culture “a (pour le moment) d'autres priorités plus urgentes”.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER