A la une / NOMAD(EPAU)/Réd-Num-"Liberté"

#LibertéVENDREDI

Où allons-nous manger en 2017 ?

©Si fou www.facebook.com/si.fou.50

Le métro d’Alger, le rêve de tous les algériens qui voit enfin le jour, la mise en service de la première ligne en 2011 a fait ses preuves, Alger en a besoin. Les extensions prévues devraient être délivrées dans leur délais, pour cela, l’entreprise Cosider a sorti les grands moyens. Des équipes acharnées qui travaillent nuit et jour pour achever ce qui a été commencé. Or, la densité d’Alger rend la tâche encore plus difficile et entrave l’avancée des travaux. Les futures stations commencent à se former, parmi elles, celle du quartier de Beaulieu, qui fait partie de l’extension d’El Harrach vers l’aéroport Houari Boumediene. Située dans le carrefour de la cité universitaire Bouraoui Amar. Cette station servira à relier tout le quartier, la cité universitaire comprise au reste de la ligne du métro ce qui facilitera la mobilité et pourra remédier en quelque sorte au problème de trafic qui caractérise la capitale. Seulement, une des bouches de la station débouche sur une ligne de magasins qui sont familiers à cet endroit, six magasins en tout reçurent l’ordre de déménager la deuxième semaine du mois de décembre. Des magasins qui ne font pas partie du plan administratif du quartier, certes, mais qui ont existé depuis 1980, voir quelques années après la construction de l’école d’architecture et la cité universitaire, et qui font partie intégrante de la cité universitaire. Leurs chaises sont occupées par les étudiants tout au long de la journée : C’est le point de rencontre après une longue journée d’étude, où on peut avoir un bon sandwich ou une part de pizza à l’heure du déjeuner.  Un des étudiants avoue qu’il crèvera surement de faim sans le sandwich de « AmmouKrimou », le généreux propriétaire d’un des magasins depuis plus de 25 ans affirma-t- il, dévasté par le fait de devoir déménager, il garda son sourire jusqu’au dernier jour en servant de délicieux sandwichs à ses fidèles clients

Le propriétaire d’un autre gargotier lui, commença la recherche d’un autre endroit aussi rentable pour y installer son futur magasin, il affirma qu’il ne s’éloignera surement pas des alentours, il y a travaillé depuis 30 ans et n’est pas prêt de dire ses adieux à ses clients en majorité étudiants.

Un étudiant à l’EPAU raconte que c’était avec un gros poids sur le cœur qu’il a fait ses au revoir aux propriétaires de chaque magasin, affirmant que pour lui le petit déjeuner dans cette placette sur ces tables en plastique et le sandwich sur les comptoirs avec ces gens qu’il a connu depuis son arrivé à l’école, lui sera difficile à remplacer.

Tous les étudiants des écoles voisines sont impliqués dans cette démarche, EPAU, ENA, POLYTECH et même ceux de l’ESI résidant à la cité universitaire, Tous habitués à ces magasins et pour eux c’est le seul endroit pour s’acheter à manger.Après que la nouvelle s’est répandue, la question était: où est ce qu’on va manger ?

©Si fou  www.facebook.com/si.fou.50

Dans cette démarche quatre gargotiers seront démolis en plus d’un petit kiosque et une librairie, un petit magasin où les étudiants ont pris l’habitude d’imprimer leurs projets, à faire leurs tirages pour les cours et à s’acheter tout ce dont un étudiant en architecture a besoin. Ce n’est pas le seul bureau d’impression dans le coin mais vu le nombre d’étudiants à l’école, il arrive que même avec les 3 bureaux en service la chaine pour les impressions devienne interminable. C’est évidant ! Pour les étudiants, la fermeture du magasin de « Kheiro et Saleh » est difficile à digérer

L’année 2017 s’annonce pleine de crises, mais le quartier s’adaptera surement à ce changement en se rappelant qu’il y’aura une station de métro d’ici la fin 2019, un passage vers la ville loin des embouteillages, un passage vers l’aéroport qui coute pas plus de 50 DA.En attendant personne ne pourra savoir comment remédier au manque de ces commerces, et tout le monde se demandera surement « yadraidalgawkhedma !»

                                                                                                                                 Ala Mahbouba MESSAI

NOMAD(EPAU)/Rédaction Numérique de "Liberté"