Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

FOOT / Omnisports

Mabrouk Kerboua, président de la fédération algérienne de cyclisme

“Le niveau sera très élevé au Grand Prix international cycliste d’Alger”

© D.R.

Dans une déclaration à Liberté, le président de la Fédération algérienne de cyclisme (FAC), Mabrouk Kerboua, a souligné que “le Grand Prix international cycliste d’Alger sera d’un niveau très élevé. En effet, plusieurs coureurs expérimentés seront présents à ce rendez-vous, ce qui est très bénéfique pour les coureurs algériens qui vont pouvoir se frotter au haut niveau. D’autre part, cette année, et concernant cette compétition qui s’étalera sur trois jours, nous avons innové, puisqu’on va exploiter d’autres circuits qui seront difficiles à négocier pour les athlètes”. À vrai dire, la Fédération algérienne de cyclisme va organiser du 20 au 23 février une compétition internationale dans la ville d’Alger : il s’agit du Grand Prix international d’Alger. Une compétition qui s’étalera sur trois jours avec trois étapes à parcourir. Dix pays étrangers prendront part au Grand Prix d’Alger, alors que six clubs algériens seulement participeront à ce rendez-vous dont deux équipes continentales, à savoir le GSP et Sovac. “Jusqu’à maintenant, nous avons assuré la participation de dix équipes étrangères dont deux équipes multinationales, à savoir celle des Émirats arabes unis avec une autre du Bahreïn. Pour dire qu’il va y avoir un niveau très élevé lors de ce Grand Prix d’Alger. Il y aura aussi des équipes continentales, en l’occurrence l’O Marseille et deux équipes espagnoles. Ce Grand prix verra la participation également d’une équipe allemande, une anglaise, une de Serbie et une autre du Japon. Les équipes nationales du Maroc et de la Tunisie prendront part également à cette course. Ce qui est très intéressant cette année, c’est la présence d’équipes continentales, car elles ont dans leurs effectifs des athlètes multinationaux qui ont un niveau de Continental pro et participent à toutes les courses internationales, notamment le célèbre Tour de France ou encore le Tour d’Italie”, dira Kerboua, et d’ajouter : “Nous avons fait en sorte cette année d’attirer les grosses écuries de cyclisme pour justement permettre à nos coureurs de se frotter au haut niveau, cela va permettre aussi à nos coureurs de se jauger par rapport au niveau international. Ce Grand prix va nous permettre de glaner des points pour le classement de l’Africa Tour. C’est très important en fait de bien se classer pour la qualification au championnat du monde mais aussi les prochains Jeux olympiques de Tokyo.” Concernant le Grand prix international cycliste d’Alger qui débutera cette semaine, le premier responsable de la FAC a fait savoir : “Nous avons tablé sur 100 coureurs au départ, même s’ils seront 90, ça ira bien pour nous. Il va y avoir trois étapes. La première étape se fera dans l’extrémité ouest d’Alger (Zéralda), la seconde dans l’extrémité est (Rouiba), alors que la dernière étape se fera au niveau d’Alger Centre avec l’étape qui aura pour nom le Circuit des Affaires étrangères. Comme l’indique son nom, le coup d’envoi de cette étape sera donné du côté du ministère des Affaires étrangères. Les athlètes feront une boucle fermée en passant par El-Madania, Kouba et Bir Mourad Raïs.” Dans un autre registre, Kerboua espère professionnaliser le cyclisme algérien dans quatre années afin de voir dans un futur très proche des coureurs algériens dans les plus grands rendez-vous des deux-roues, comme le Tour de France ou celui d’Italie. “Nous allons faire en sorte à court-moyen terme de permettre à nos coureurs de concourir dans le niveau continental pro qui leur permettra de disputer le Tour de France, ce qui sera historique pour notre pays. Il faut passer du statut de l’amateurisme au statut du professionnalisme. Avant, on ne pouvait pas se permettre ça, car les jeux étaient fermés avec les Français, maintenant c’est les Anglais qui ont pris les destinées, c’est devenu plus souple pour passer en professionnel. Nous allons à cet effet faire une planification sur quatre ans afin de former des coureurs pour le niveau continental pro. Pour y parvenir, il faudra trouver de bons managers”, espère-t-il. Enfin, il est utile de rappeler que l’ancien coureur cycliste espagnol Alvaro Pino animera du 18 au 24 février à Alger “Les rencontres sur le cyclisme”, une manifestation organisée par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et l'ambassade d'Espagne en Algérie. Elle coïncide avec le déroulement du Grand Prix international de la ville d'Alger, prévu du 20 au 23 février.

“Il y aura du nouveau au  grand tour cycliste 2018”
Par ailleurs, les amoureux des deux- roues auront l’opportunité de suive une autre compétition internationale le mois prochain en Algérie, il s’agit du Tour international cycliste 2018 d’Algérie qui devient désormais une habitude depuis six années déjà. Cette année, les coureurs étrangers et algériens auront le privilège de voir de nouveaux sites, c’est la nouveauté de la FAC. “Le départ du Grand tour cycliste 2018  sera donné à partir du Grand Sud. On hésite en fait entre la wilaya d’Adar et celle de Tamanrasset. Comme vous savez, le Tour international n’a pas uniquement des aspects sportifs, car, à travers ce tour, nous allons essayer de faire un travail touristique à travers les belles villes d’Algérie où vont passer les coureurs étrangers et les coureurs algériens également”, révèle Kerboua, et de poursuivre : “Pour ce qui est de la suite de la course, les coureurs traverseront le côté ouest du pays en passant par Bel-Abbès, Témouchent, Saïda, Tiaret pour arriver dans les wilayas de Médéa et Tizi Ouzou (Tala Guilef). Enfin, la finale se disputera entre les wilayas de Bouira et de Tizi Ouzou. Ce sont de nouveaux circuits avec plus de difficultés pour les coureurs”, explique le président de la FAC.


S. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER