Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Omnisports

Karaté traditionnel

Samir Alilouche, l’un des plus jeunes kokusai shihan au monde diplômés du Japon

Dans les arts martiaux japonais Budo, shihan est un titre du plus haut niveau, signifiant  maître des maîtres, modèle ou guide. En karaté do Shotokan Budo, le titre de kokusai shihan est attribué uniquement aux instructeurs détenant au minimum le grade de rokudan (6e dan) et maîtrisant à la fois l’aspect technique et spirituel de l’art. En 2015, après délibération du comité mondial des maîtres suprêmes (saiko shihan kai), Alilouche Samir, âgé seulement de 32 ans, reçoit de la Karatenomichi World Federation, sise à Tokyo au Japon, la confirmation de son octroi du titre de kokusai shihan, signifiant maître international, et reçoit par la même occasion la confirmation de son intégration au comité mondial des maîtres internationaux (kokusai shihan kai). Le comité mondial des maîtres internationaux (kokusai shihan kai) de la Karatenomichi World Federation est composé aujourd’hui de seulement 23 membres issus des quatre coins du monde ; ce comité mondial a pour mission le développement et la standardisation des techniques du karaté-do au niveau mondial ainsi que l’établissement des réglementations et la planification des compétitions internationales. En mai 2017, shihan Alilouche Samir reçoit de la Karatenomichi World Federation son diplôme de kokusai shihan confectionné sur un papier spécial par un grand maître en calligraphie considéré au Japon comme un trésor national vivant. Suite aux nombreux exploits que le jeune shihan Samir Alilouche a réalisés ces dernières années malgré son jeune âge, il réussit encore une fois par ce nouvel exploit à se frayer une place importante sur la scène internationale, et ce, en suivant rigoureusement les orientations et les traces de son père shihan Alilouche Boualem qui a lui-même ouvert la voie aux karatékas algériens en 2011 en s’octroyant au Japon ce même titre de plus haut niveau kokusai shihan. C’est une fierté pour l’Algérie et un honneur pour le karaté algérien d’avoir parmi les siens l’un des plus jeunes kokusai shihan au monde diplômé du Japon.

S. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER