Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Interdiction de circulation des transports en commun

Aïn Témouchent : les taxieurs clandestins se frottent les mains


De la douleur des uns profitent ceux qui n’ont pas réalisé l’ampleur des conséquences qui peuvent résulter de la propagation de l’épidémie de coronavirus. Et pour cause, la décision d’interdire la circulation des véhicules de transport en commun urbain et interurbain et des taxieurs est une aubaine inespérée saisie au vol par les taxieurs clandestins aux véhicules banalisés. Ainsi, dans certains endroits, à l’image de Béni Saf et de Hammam Bou-Hadjar, des files de voitures se constituent chaque jour dont les conducteurs proposent des courses aux citoyens à des tarifs qui donnent le tournis, surtout pour ceux qui sont obligés de faire le déplacement vers d’autres localités. En ville, les citoyens acceptent le fait accompli en mettant la main à la poche. Quant aux taxieurs réglementaires et transporteurs de voyageurs en commun, ces contribuables et assujettis malgré eux, qui ne se conforment pas aux dernières mesures, la mise en fourrière de leurs véhicules est tout indiquée, alors que les passagers seront tout simplement astreints au confinement obligatoire de 14 jours dans l’un des établissements hôteliers publics et privés, dont la station thermale de Hammam Bou-Hadjar, qui sont mis à la disposition de la cellule de crise, conformément aux instructions du ministère du Tourisme. Aussi, parmi les instructions mises en application conformément au décret présidentiel 20-69, figure la réorganisation des marchés de fruits et légumes qui se limitent aux seuls marchés couverts réglementaires. Tous les marchés de proximité illégaux, dont les marchands de fruits et légumes exercent illégalement, ont été interdits.

Une situation qui a pénalisé le citoyen déjà affecté par l’absence de moyens de transport. C’est ce qui se passe à Béni Saf avec la fermeture du marché de Boukourdan (Sagla). Mais le plus grave, ce sera la pénurie des fruits qui se profile à l’horizon. En effet, selon l’un des ouvriers qui font les livraisons de fruits et légumes à partir des marchés de gros, une pénurie de fruits a été constatée hier au marché de gros d’Oran. “Il faudra s’attendre à une hausse des prix des fruits dans les jours à venir si la situation persiste”, nous fera savoir notre interlocuteur. Aussi, selon certaines informations, des livreurs de gros de fruits et légumes ont dû rebrousser chemin vers leurs points de départ, c’est-à-dire les marchés de gros d’Oran et de Mostaganem, avec leurs marchandises en raison de la fermeture des marchés de proximité.

Ce qui posera le problème de la disponibilité des fruits et légumes qui risque de ne pas répondre aux besoins exprimés par la population, donc chambouler toutes les prévisions de la direction du commerce. Autre conséquence du coronavirus, la mise au chômage des marins-pêcheurs a porté un coup dur à leurs familles, ainsi que celles des vendeurs de poisson, eux qui vivent du seul revenu de la commercialisation du poisson.

M. LARADJ


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER