Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Oran

Arrêt de travail au lycée Lotfi

Les enseignants revendiquent des conditions de travail convenables. © Archives. Louiza/Liberté

Pour Bachir Hakem, la question des travaux de réhabilitation est à évoquer. “Des travaux taïwan”, dira-t-il avec amertume, et de réitérer l’appel “à sauver le lycée Lotfi”.

Le ras-le-bol des enseignants de l’établissement scolaire phare d’Oran, le lycée Lotfi, a poussé ces derniers à observer un arrêt de travail ce lundi matin, ce qui n’a pas tardé à faire réagir la direction locale de l’éducation qui a dépêché sur place une commission pour s’enquérir des causes, qui se résument aux conditions déplorables de travail. Une situation qui malheureusement n’est pas nouvelle, puisque déjà l’année passée, les mêmes enseignants et les représentants du CLA avaient interpellé la tutelle et les autorités locales sur l’état des lieux de cet établissement très prisé, au point même de demander une commission d’enquête du ministère de l’Éducation nationale. Celle-ci devait porter sur les travaux de réhabilitation du lycée “pour un montant de 190 millions de DA, avec des travaux catastrophiques”, nous a-t-on affirmé déjà à l’époque. Et aujourd’hui, justement, l’état des lieux ne semble pas s’être amélioré au vu des remarques faites par des enseignants et le représentant du CLA, Bachir Hakem. Ce dernier a évoqué pour nous quelques-uns des points étant à l’origine de la grogne dont “certains devront être réglés à court terme et d’autres à moyen terme”, explique notre interlocuteur. Et de poursuivre : “nous ne disposons pas des conditions adéquates pour enseigner et nous souffrons de carences logistiques comme par exemple des carreaux cassés à l’intérieur des classes de cours, des tableaux détériorés non changés, manque de casier, manque d’adjoints d’éducation”, et la liste des griefs est longue. Pour Bachir Hakem encore, la question des travaux de réhabilitation est à évoquer. “Des travaux taïwan”, dira-t-il avec amertume, et de réitérer leur appel à sauver le lycée Lotfi”. Si les cours ont repris dans l’après-midi, un ultimatum a bien été lancé aux responsables, soit un recours à la grève si les conditions de travail des enseignants ne s’améliorent pas dans les plus brefs délais.


D. LOUKIL


 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER