Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

aménagement urbain à HAMMAM-BOU-HADJAR (AÏN TéMOUCHENT)

Beaucoup reste à faire

©D. R.

Les pouvoirs publics se sont lancés dans de grands projets socioéconomiques à même de permettre un développement harmonieux de la cité des Thermes. Ainsi, plusieurs opérations d’aménagement ont été réalisées au niveau des cités et autres lotissements nouvellement créés et ce, avec comme pour objectif l’amélioration du cadre de vie des citoyens où l’État aura consacré une importante enveloppe financière à la faveur du dernier programme quinquennal alors que d’autres projets d’envergure sont inscrits.
Cependant, sans sous-estimer ces efforts, force est de constater que ce  sont les petites choses qui manquent à Hammam Bou-Hadjar et qui sont d’une nécessité absolue voire d’une importance vitale pour ce coin très prisé par les nombreux curistes et autres touristes qui viennent des quatre coins du pays et même de l’étranger. En effet, personne n’a songé à mettre en service des vespasiennes chèrement acquises qui ont été installées depuis plusieurs années sur l’axe menant vers la station thermale. Même les toilettes publiques qui viennent d’être réalisées à la gare routière demeurent toujours fermées au public et ce, à même de permettre aux hôtes de la ville de faire face à ce besoin pressant de se soulager. On les voit souvent ces familles venues d’ailleurs prendre le chemin de la sortie-est de la ville vers la source de Sidi-Ayed après s’être retrouvés en plein centre-ville prises de panique à courir à la recherche de ce “précieux” petit coin. En vain. Si pour les hommes ou les enfants, la solution peut être trouvée en sollicitant les cafetiers, la situation pour les femmes par contre est beaucoup plus compliquée et délicate.
Mais au niveau des cafés, des difficultés peuvent surgir pour les premiers nommés avec ces mauvaises surprises lorsqu’on vous déclare que les toilettes sont fermées ou pour les plus chanceux, les WC sont sales et dégagent une odeur nauséabonde qui attaque directement les yeux. Dans un autre registre et toujours dans le cadre de l’amélioration des conditions d’accueil des visiteurs, chaque saison estivale le problème de la circulation ressurgit avec ces nombreux embouteillages et ce, en dépit de la largesse des boulevards, avenues et routes de cette cité à l’architecture coloniale, aggravés par les interminables cortèges nuptiaux. Le pic est atteint en pleine période estivale où la circulation routière devient atroce avec l’arrivée des émigrés, des sudistes et autres estivants issus des autres wilayas où les agents de l’ordre, notamment ceux en charge de réglementer la circulation au cœur de la ville sont confrontés à ce flux de milliers de véhicules, en l’absence des feux tricolores. Ils éprouvent ainsi d’énormes difficultés sous un soleil de plomb à réglementer un trafic routier extrêmement dense.
Face à cette situation, les feux tricolores sont plus que souhaités pour une ville qui connaît un développement croissant de son tissu urbain et donc une démographie galopante et ce, en attendant l’élaboration d’un plan de circulation digne d’une ville en pleine expansion touristique et ce, au moment où le transport urbain peine à suivre le rythme de cette démographie. Autre revendication en cette saison estivale aussi bien de la part de nombreux citoyens en particulier les sudistes à la recherche d’une fraîcheur que des habitants de la ville : l’ouverture du jardin public situé en plein cœur de la cité des Thermes- fermé au public depuis des lustres- une fois les travaux d’aménagement achevés avec l’injection des centaines de millions pour finalement… priver le citoyen.     

M. LARADJ


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER