Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Secteur de la pêche à Tlemcen

Booster l’investissement privé

La pêche, un segment indéniable de l’économie nationale. © D.R

L’entrée en activité du port de pêche de Honaïne de classe 1, situé tout près de Ghazaouet, devrait probablement attirer davantage d’investisseurs dans ce créneau porteur.

La wilaya de Tlemcen dispose de réelles possibilités en matière de production halieutique, mais les investissements issus du secteur privé sont en dessous des espérances, malgré les promesses des responsables en charge du secteur de faciliter l’accès aux crédits, comme c’est le cas pour le dispositif Ansej, Angem et Cnac. Grâce à l’acquisition récemment d’une dizaine de nouvelles embarcations, principalement des sardiniers, les capacités de pêche ont augmenté de 410 t dans les zones à vocation halieutique comme Ghazaouet, Honaïne et Marsa Ben M’hidi. La direction de la pêche a émis un avis favorable pour l’acquisition de cinq thoniers de 35 m de long destinés à prendre part à la campagne de pêche au thon en vue de l’exportation d’une partie de la production. La prochaine entrée en activité du port de pêche de Honaïne de classe 1 (situé tout près de Ghazaouet), considéré comme étant le plus grand à l’échelle nationale, devrait probablement attirer davantage d’hommes d’affaires à investir dans ce créneau porteur. Cette infrastructure dont la réalisation a été confiée à l’entreprise Cosider dispose d’une superficie de terres-pleins de 11 600 ha et d’un plan d’eau de 2600 ha, pouvant accueillir environ 300 embarcations dont des chalutiers et thoniers. Honaïne aura la double vocation de développer le secteur de la pêche et de contribuer à la promotion du tourisme dans cette région déshéritée, située à l’extrême nord-ouest du pays, dotée de nombreux vestiges archéologiques millénaires situés sur la “route de l’or”. L’activité aquacole semble aussi focaliser l’intérêt des professionnels avec l’introduction d’unités dans les localités balnéaires de Marsa Ben M’hidi et Honaïne où des expériences sont tentées pour la production de la daurade royale et du loup de mer.
Les prévisions tablent sur 8000 t de daurade,
400 t de loup de mer, 350 t de moules avec en sus la création d’emplois pour les jeunes intéressés par cette activité piscicole.


B. A.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER