Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

L’Algérie profonde

BRÈVES de l’Ouest

©D. R.

Relizane : Hausse soudaine de la mercuriale
Les ménages qui faisaient les emplettes au  marché couvert de Relizane ont été surpris, mercredi, en constatant une hausse inattendue des prix des fruits et légumes. Les légumes qui se vendaient, il y a quelques jours seulement, à des prix accessibles à presque toutes les bourses ont vu leurs tarifs passer du simple au double. C'est le cas de la pomme de terre qui se vendait, il y a à peine quelques jours, entre 35 et 45 DA/kg laquelle a vu son prix grimper jusqu'à 70 DA/kg. Ce n'est malheureusement pas l'unique légume touché par la hausse. Ainsi, le poivron a connu une hausse vertigineuse pour caracoler à 150 DA/kg, alors que le piment est resté dans la fourchette de 70-100 DA/kg. La courgette valait 120 DA/kg de même pour le concombre et la laitue. Les petits pois oscillaient entre 130 et 150 DA/kg, quant aux haricots verts comme s’ils ont pris l'ascenseur pour afficher 300 DA/kg. La tomate, plus ou moins accessible, valait entre 70 et 120 DA/kg, selon la qualité bien évidemment. Les fèves se sont également renchéries à la faveur d'un tarif déraisonnable, puisque c'est leur saison et les étals affichaient 150 DA le kg. Les navets avec un tarif tournant autour de 120 DA/kg. Et dans toute cette liste de légumes touchés par la flambée des prix, seuls les carottes et l'oignon étaient accessibles avec des prix valant entre 35 et 50 DA/kg. Les fruits n'étaient pas en reste, puisque les oranges étaient cédées entre 70 et 180 DA/kg, suivant bien la qualité et le volume. La pomme, de mauvaise qualité de surcroît, coûtait 140 DA/kg. Quant à la banane elle “planait”. Ce constat a laissé sans voix bon nombre de clients. Cette flambée soudaine de la mercuriale est imputée par les marchands aux dernières intempéries. Un argument qui ne convainc pas grand monde, puisque pour les chalands ce n'est qu'un “prétexte” avancé par les vendeurs pour mettre le feu aux produits agricoles, dont la plupart sont de saison, et ce, afin d'engranger le plus de profits.

E. Yacine



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER