Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Algérie profonde

Bréves de l'Ouest

MOSTAGANEM : Une femme poignardée à mort
Une femme, S. M., 40 ans, résidente dans la cité populaire d’El-Houria, a été tuée de plusieurs coups de couteau, par un homme qui a pris la fuite, samedi matin en pleine rue, à Mostaganem, alors qu’elle était en compagnie de sa fille, a fait savoir un communiqué de la Sûreté de la wilaya de Mostaganem. Souffrant de plusieurs blessures profondes à l’abdomen et dans d’autres parties du corps, la malheureuse victime a rendu l’âme trois heures après son admission aux UMC de Tigditt, précise le communiqué. La deuxième victime, âgée de 17 ans, a également été évacuée en urgence par les sapeurs-pompiers dans un état critique après avoir reçu des coups de couteau de la part du suspect. Elle a été mise en soins intensifs dans la même structure sanitaire de Mostaganem. Une arme blanche de boucher a été découverte sur la scène du crime par les enquêteurs de la brigade de la police judiciaire, a encore fait savoir le chargé de communication, l’officier Bachir Belkacem. D’après les premiers éléments d’investigations, il s’agirait d’un règlement de comptes commis en place publique. L’enquête ouverte par la police suit son cours pour tenter de mettre la main sur l’auteur de l’horrible homicide.
M. Salah

Arzew (Oran) : Le vol d'un THT plonge El-Mohgoun dans le noir  
 Le transformateur électrique de haute tension (THT), alimentant la cité 850-Logements, l'hôpital (heureusement doté de générateurs assurant l'autonomie provisoire), l'éclairage public ainsi que la partie orientale d'El-Mohgoun a été dérobé, dans la nuit de jeudi dernier, suite à l’effraction de la chambre l’abritant, propriété de Sonelgaz, apprend-on de sources concordantes. Selon nos informations, les voleurs se seraient introduits à l'intérieur de la chambre en dur, située en rase campagne en fracturant la porte en fer avec marteau et burin. Selon nos sources, tous les équipements se trouvant dans cette chambre auraient été dérobés, nécessitant des mains expertes pour leur mise hors circuit, démontage et acheminement à l'aide d'un engin de transport vers une destination inconnue. Ce qui apparaît, à première vue, comme l'œuvre de vrais professionnels, selon nos interlocuteurs. Il faudrait noter en ce sens que les gros THT sont équipés généralement de disjoncteurs, interrupteurs, sectionneurs de mise à la terre, parafoudres et enfin de line trapses, qui sont des transformateurs de courant et de tension (TC et TP) coûtant les yeux de la tête. Encore faut-il signaler que l'endroit où le vol a été perpétré est considéré comme zone sécuritaire n°1, située tout près du pôle pétrochimique d'Arzew. Une enquête a été ouverte.
ARIBI MOKHTAR


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER