Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

L’Algérie profonde

BRÈVES de l’Ouest

©D. R.

Tlemcen : La nouvelle gare routière bat de l’aile
La nouvelle gare routière de Tlemcen mise en exploitation il y a moins d’une année bat de l’aile. Il y a un manque flagrant d’organisation par la Sogral, de l’espace qui accueille tous les jours des centaines de véhicules assurant le transport vers toutes les directions de l’Algérie. Les plaques signalétiques devant indiquer les directions des localités desservies sont absentes. Les usagers, bagages à la main, perdent du temps à demander quel est le taxi ou le bus devant prendre telle ou telle direction. C’est sous un soleil de plomb que les taxis sont stationnés sur l’aire qui leur est réservée et les clients (surtout les femmes) qui y prennent place, suffoquent à l’intérieur en cette période de fortes chaleurs, en attendant le départ. Les concepteurs de la gare routière qui a coûté 920 millions de dinars n’ont pas prévu à l’extérieur des abris pour les véhicules et  les voyageurs, ces derniers sont contraints d’attendre le départ sous les rayons du soleil en été et sous la pluie en hiver. Par ailleurs, les bus gérés par des opérateurs privés, assurant les navettes entre la gare routière qui couvre une superficie de 70 000 m2 et le centre-ville se livrent une farouche concurrence. Les derniers arrivés embarquent les clients et partent les premiers tandis que ceux qui sont là bien avant laissent les voyageurs attendre longtemps jusqu’à l’écoulement de tous les tickets des sièges. Il n’y a en fait aucun contrôle par la direction des transports, de l’activité de ces moyens de transport collectif dont les gérants ont pourtant signé un cahier des charge privilégiant le confort des usagers.

B. Abdelmadjid

Les auteurs du viol d’une fillette arrêtés à Aïn Youcef
Les éléments de la brigade de gendarmerie de la localité d’Aïn Youcef, à 25 km de Tlemcen, ont neutralisé vendredi une bande de malfaiteurs à l’origine de l’enlèvement, séquestration et viol sauvage d’une fillette âgée de 12 ans. Deux des mis en cause ont été arrêtés et incarcérés à Remchi et les recherches sont engagées pour mettre la main sur les autres complices, actuellement en fuite. La fillette enlevée à proximité du domicile familial, a été amenée de force à la lisière du village, dans un espace boisé où elle a été forcée de boire des doses d’alcool avant d’être violée collectivement. Leur forfait commis, les membres du réseau criminel l’ont abandonnée à son triste sort. Elle fut ramenée chez elle par des paysans de passage à cet endroit.

B. A. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER