Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Algérie profonde

Bréves de l'Ouest

Tlemcen : 99 affaires au rôle de la session criminelle
La troisième session du tribunal criminel de Tlemcen débute le 14 octobre, avec au rôle 99 affaires, chiffre nettement en hausse par rapport aux précédentes sessions. Elle durera jusqu’au 19 novembre, c’est-à-dire un peu plus d’un mois, et verra la comparution devant la cour d’Imama (commune de Mansourah) de 247 accusés, dont 202 détenus. En outre, 66 prévenus en fuite seront condamnés par contumace. Parmi les affaires qui seront examinées figure principalement la détention et la commercialisation de stupéfiants, compte tenu du fait que cette région de l’extrême ouest du pays, frontalière avec le Maroc, draine à longueur d’année d’importantes cargaisons de drogue. D’ailleurs, dans ses dernières statistiques, l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie indique que sur les 25 t de résine de cannabis saisies durant les huit premiers mois de l’année en cours, plus de 60% proviennent de la région Ouest. Les magistrats et les membres du jury auront aussi à se pencher sur des affaires de faux et d’usage de faux, de détournement de mineures, de constitution de bandes armées, de vols qualifiés, de coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort et de crimes économiques.
B. A.

Tiaret : Un proviseur et un directeur de CEM suspendus
 La commission d'enquête dépêchée par le ministère de l'Éducation nationale, suite à une altercation entre le directeur du CEM Belfedhel-Mokhtar de Tousnina et le proviseur du lycée Bouchareb-Nacer qui était le théâtre de cet incident, n'a pas tardé à rendre son premier verdict en décidant de suspendre, à titre conservatoire, les deux responsables. Dans le sillage de cette décision qui vient d'être notifiée aux concernés, de nombreux directeurs d'établissement, auxquels se sont joints des enseignants et des parents d'élèves, comptent engager un mouvement de protestation en exprimant leur soutien indéfectible au directeur du CEM, considéré comme victime tant il avait essuyé une grave violence physique de la part de son antagoniste qui l'avait accueilli dans son bureau avec un tempérament indigne d'un éducateur. Par ailleurs, selon une source digne de foi, l'enquête suit toujours son cours.
R. SALEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER