Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

DÉGRADATION DES CONDUITES D’AEP À TÉNÈS (CHLEF)

Calvaire des habitants de la cité des 200-Logements

Des conduites d’alimentation en eau potable vétustes. ©D. R.

“Nous pataugeons régulièrement dans la boue mélangée aux eaux usées, tout en respirant cette odeur répugnante de jour comme de nuit depuis l’apparition de ces dégradations qui ciblent plusieurs parties des conduites”, ajoutent encore les habitants de la même cité.

La plupart des conduites d’alimentation en eau potable de la cité des 200-Logements située à la sortie est de la ville côtière de Ténès, une cinquantaine de kilomètres au nord-est du chef-lieu de la wilaya de Chlef, ne fonctionne plus depuis plusieurs semaines. Cette situation a mis l’ensemble des habitants de cet important quartier que compte la commune dans l’embarras. “Cela fait bien longtemps que de nombreuses conduites d’AEP sont endommagées  dans plusieurs endroits de la cité sans que les services administratifs compétents interviennent pour les réparer. Chaque fois que des lâchers d’eau sont effectués, plusieurs de nos quartiers sont alors complètement inondés en raison des multiples dégradations que connaissent les différentes conduites secondaires d’AEP qui alimentent les foyers. Cela explique aussi que l’eau n’arrive plus à destination, car les dégâts enregistrés se multiplient davantage au fur et à mesure que les jours passent”, racontent avec amertume des habitants de cette cité. Toujours selon les mêmes témoignages, le volume d’eau qui coule à l’air libre à partir de ces conduites défaillantes dans les quartiers est important et demeure également à l’origine de l’obstruction des regards et des autres conduites d’évacuation des eaux usées. “Nous pataugeons régulièrement dans la boue mélangée aux eaux usées, tout en respirant cette odeur répugnante de jour comme de nuit depuis l’apparition de ces dégradations qui ciblent plusieurs parties des conduites en question dont la réalisation remonte à des dizaines d’années sans qu’elles soient réparées”, ajoutent encore les habitants de la même cité avant de rappeler, enfin, que toutes leurs doléances et plaintes adressées depuis des mois, plusieurs fois, aux autorités locales compétentes n’ont donné à ce jour aucun résultat satisfaisant malgré le danger écologique et environnemental encouru au fil du temps.

AHMED CHENAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER