Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Carte économique locale d’Oran

Cap sur la préservation des périmètres agricoles

© D.R.

 Si du point de vue industriel, les pôles automobile et agroalimentaire sont assurés dans la wilaya d’Oran, d’autres branches d’activités, ayant un potentiel à développer, doivent être affinées. Pour cela, la mise en place d’une carte économique, en cours d’élaboration, sera un enjeu de développement et de croissance pour toute une région qui se veut un catalyseur régional mais aussi en termes de politique économique. Cette carte va aussi apporter des données fiables sur la production industrielle par filière. Mais d’ores et déjà, l’aperçu rendu par ce travail d’enquête économique a mis en avant le secteur de l’agriculture qui, pourtant, a souvent été présenté comme secondaire à Oran. Le développement urbain, d’abord anarchique, puis forcené ainsi que la spéculation foncière, depuis les années 1990, a réduit à néant nombre d’hectares de terres agricoles. Ainsi, plusieurs périmètres sont apparus comme indispensables de par leur richesse au niveau local. Si la plaine de la M’leta est l’un des plus importants, dédié à l’oléiculture, l’ancien wali avait pensé à y ériger une nouvelle ville. Une réaction de l’autorité centrale avait mis fin à ce projet éhonté quand on sait que cette région a déjà bénéficié de plus de 4 milliards de DA pour des aménagements, notamment des travaux d’irrigation à partir de la station d’épuration d’El-Kerma. Deux autres périmètres agricoles sont apparus comme importants, celui de Bousfer, avec quelque 400 ha d’arboriculture et maraîchers, et Messerghin qui, historiquement, est le cœur de la clémentine, ainsi qu’un autre périmètre identique pour son importance situé à Boutlélis. Tout un arrière-pays agricole qui est menacé par le béton, par le manque d’investissement et l’absence de relève chez les agriculteurs. Pourtant, Oran, toute industrielle qu’elle est, ne peut se permettre de perdre ce potentiel agricole, d’autant plus que c’est un secteur qui peut générer des activités industrielles importantes dans le domaine de la transformation.


D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER