Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

En prévision de la rentrée à Ain Témouchent

Certains projets éducatifs passés au crible

Mercredi, Mme Ouinez Labiba, wali de Aïn Témouchent, a présidé les travaux d’une réunion du conseil d’exécutif de la wilaya consacrée à la préparation de la prochaine rentrée sociale. Trois dossiers des secteurs de l’éducation, de l’université et de la formation professionnelle ont été passés au crible lors de cette rencontre qui s’est déroulée dans la salle de délibérations de l’APW, en présence des directeurs de l’exécutif, des chefs de daïra et des élus locaux.  Le secteur de la formation professionnelle a été le premier dossier abordé lors de ce conseil qui a passé en revue les nouveaux projets en cours de réalisation et qui devraient être livrés en septembre 2018, à l’image du CFPA de Hassi El-Ghella, d’une capacité de 300 postes pédagogiques, et de l’ISFP de Aïn Témouchent, alors que celui de Béni Saf sa livraison est prévue en février 2019. Quant au dossier de l’éducation nationale, il s’est taillé la part du lion et auquel on a accordé une attention toute particulière. Et pour cause : plusieurs projets éducatifs qui accusent un grand retard, implantés dans certaines communes, risquent de ne pas être livrés lors de la prochaine rentrée scolaire. Il s’agit du nouveau lycée d’Oulhaça qui connait un retard énorme, du lycée de Aïn Kihal, des groupements scolaires et de l’extension de certaines salles de classes, sachant, selon les services de l’éducation nationale, qu’une grosse pression due à la surcharge pèse dans certaines communes, en particulier Aoubelil, Aghlal et certaines régions isolées. Face à ce relâchement, la wali a instruit le directeur des équipements publics de mettre sur pied une cellule de suivi et de contrôle qui effectuera des sorties sur le terrain pour hâter le rythme d’exécution des travaux de ces projets et ceux de l’enseignement supérieur. À ce titre, la wali a insisté sur l’intensification des efforts pour combler les insuffisances enregistrées afin de pouvoir livrer les structures éducatives dans les délais prévus, surtout en ce qui concerne la fourniture des écoles en énergies renouvelables ainsi que l’achèvement  des travaux des aménagements extérieurs et de restauration des projets éducatifs programmés pour être livrés dans un délai ne dépassant pas le 25 août 2018. La cantine scolaire, le transport scolaire, la prime scolaire (3000 DA) ont été autant de points abordés, suivis des instructions de la cheffe de l’exécutif de wilaya qui a montré sa disponibilité à renforcer les cantines en les dotant de moyens humains et matériels pour une bonne prise en charge des élèves et qui devront ouvrir dès les premiers jours de la rentrée scolaire. À la cité des 1000-Logements AADL,  où sont prévus des projets de réalisation d’un groupe scolaire, d’un lycée et d’un CEM, les travaux n’ont toujours pas été entamés, alors que la cité est occupée depuis deux ans. La raison : la base vie de la société chinoise qui a réalisé les 1000 logements occupe le terrain d’assiette où devront être réalisés les projets en question. À cette occasion, la wali a instruit son directeur du logement et celui des équipements publics pour fixer un ultimatum de 48 heures à la société chinoise pour quitter les lieux afin de pouvoir entamer les procédures administratives et lancer les travaux. En plus des sujets divers sur l’environnement qui connaissent un relâchement dans l’exécution de l’instruction portant sur sa préservation dans certaines communes, à l’image de Hammam Bou-Hadjar, Béni Saf et Aïn Témouchent, et sur la fièvre aphteuse et les mesures de prévention qui ont fait l’objet d’un exposé de la part du directeur des services agricoles et bien d’autres, la wali a appelé les membres de la commission de la daïra de Aïn Témouchent  de distribution des logements sociaux à assumer leurs responsabilités pour l’élaboration de la prochaine liste des bénéficiaires des 250 logements qui devra se faire dans la transparence et qui accuse un grand retard. ‘‘Ni le wali ni un autre responsable n’a donné d’instruction ou des injonctions en faveur d’un citoyen au détriment d’un autre. Seule la commission de daïra de distribution des logements sociaux présidée par le chef de daïra est habilitée légalement à établir la liste des bénéficiaires’’, a-t-elle martelé.


M. LARADJ


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER