Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Mostaganem

DAB hors service et manque de liquidités

© D.R.

Durant le week-end de l’Aïd El-Adha, voire même une semaine avant la fête religieuse, la quête de liquidités dans différents points de distribution dans la ville de Mostaganem a été laborieuse.
Et pour cause, les nombreux détenteurs de carte de retrait type CIB (carte interbancaire) délivrées par les établissements financiers ont été confrontés à la non-disponibilité de liquidités, ou tout bonnement l’impossibilité de retirer de l’argent de ces banques publiques car le distributeur automatique de billet (DAB) est hors service. L’exemple le plus édifiant étant celui de la BDL située sur la route d’Oran, et dont le DAB demeure hors d’usage depuis plus de six mois après des travaux de rénovation au rez-de-chaussée de la banque. Les citoyens, qui voulaient sans doute éviter les désagréments des files d’attente devant les guichets ont très vite déchanté en découvrant que la quasi-totalité des distributeurs automatiques étaient à court de liquidités. L’autre exemple est celui de l’agence de la BADR de Mostaganem, non alimentée en billets pendant plus d’une semaine. Les usagers se trouvaient ainsi contraints de patienter plusieurs jours pour retirer leur argent en recourant au système classique. Des détenteurs de carte de retrait interbancaire ont sillonné, la veille de l’Aïd, les rues de la ville dans l’espoir de trouver un DAB  qui fonctionne. En vain. Ils ont finalement dû se rabattre sur ceux des banques privées françaises, implantées un peu partout en ville. Nous nous sommes rapprochés de l’un des responsables de la BDL sise au centre-ville, et d’après notre source, la défaillance régulière des DAB est imputable à la Société d'automatisation des transactions interbancaires et de monétique (Satim) qui est chargée de la maintenance de ces machines. 


M. Salah

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER