Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Campagne électorale à Oran

Ed-Derb cédera-t-il aux appels à voter ?

Le scrutin du 23 novembre a tout de même un enjeu de taille à Oran avec la conquête du siège du maire, échappant depuis 1997 au RND. Depuis cette date, les choses ont surtout souri au FLN, notamment par le biais des tractations entre les groupes d’élus de l’assemblée populaire pour la désignation du maire, une fois les résultats électifs connus. L’édile sortant FLN, Boukhatem, qui brigue un nouveau mandat à la tête de l’APC, devra composer principalement avec le frère ennemi, défendre son passif, même si d’autres formations sont en mesure de faire des surprises. Et cela d’autant plus que ces deux principales formations politiques se revendiquent et soutiennent le programme du président de la République.
Le RND, pour ce faire, a choisi le président de l’ASMO, Mohamed El-Moro, et non sans mal, puisque sa désignation pour conduire la liste APC avait provoqué bien des remous. Habitué de la politique, il a fait un passage par le MPA et compte convaincre sur la nécessité d’un renouveau à la tête d’Oran. C’est un peu ce discours fait de rapprochement et de contact avec la population que la tête de liste RND veut montrer durant sa campagne. Samedi matin, c’est le quartier emblématique de la ville, Ed-Derb, historiquement Derb Lihoud, littéralement quartier juif, qui a été choisi pour une action de proximité. Ed-Derb est l’un des plus anciens quartiers d’Oran, mitoyen à la place du 1er-Novembre, à portée de main du théâtre régional Abdelkader-Alloula, et longeant le boulevard Maâta avec une vue plongeante sur Sid El-Houari et Ras El-Aïn. Ce quartier populaire par excellence est craint, tant la situation y est difficile, tombant en ruine, une surpopulation visible de partout et beaucoup de misère malgré la présence de commerces de gros. Il a été par le passé le théâtre de nombreuses émeutes et manifestations pour cause de logement et de mal-vie. À Ed-Derb, on se sent marginalisé, abandonné, et les rares promesses sur la réhabilitation du quartier et le relogement n’ont vraiment jamais été respectées.
D’ailleurs, une fois le sésame d’entrée à Ed-Derb, la tête de liste RND constate qu’il n’est pas en terrain conquis au même titre que les autres candidats qui y sont venus faire juste une virée. Dans les cafés, les gargotes et devant les étalages de légumes, la population montre son désaccord pour tout ce qui est officiel ou politique. Certains répondent au candidat : “Regardez la saleté de partout, tout est défoncé, les agents des services de nettoiement ne viennent jamais ici”, comme si à Ed-Derb il y avait des pestiférés. Le chômage et l’état des immeubles, mettant en danger tous les habitants, sont terribles, et El-Moro, bien entouré, distille son discours sur la nécessité pour les habitants de se prendre en charge et d’agir pour le changement et l’amélioration de leur vie et de leur quartier en allant bien sûr voter. Les affichettes et autocollants, à l’effigie du candidat, sont distribués à chaque halte. Mais convaincre Ed-Derb d’aller voter ce 23 novembre est une bataille qui est loin d’être gagnée. Des femmes aux regards hostiles affirment au passage qu’elles n’iront pas voter tandis qu’un homme, la cinquantaine, explique simplement que “mon père est un moudjahid, je n’ai jamais eu de ma vie un emploi et je n’ai jamais bénéficié d’un logement”. Certains affirment encore réfléchir à leur choix. Mais pour Mohamed El-Moro, l’important était de se monter à Ed-Derb. “Il faut le dire, qu’est-ce que le FLN et ses élus ont fait pour Oran ? Rien, alors que l’argent ne manquait pas ! Maintenant avec les difficultés, cela va être pire. Il s’agit de relever le défi de 2021, avec les Jeux méditerranéens qui auront lieu ici. Regardez l’état de la ville, il faut revenir à une gestion des affaires selon les normes. Si vous n’appliquez pas les normes, c’est impossible.”

D. LOUKIL


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER