Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Oran

Haï Ennour, de Oued Tlélat, sans gaz, ni téléphone, ni internet

©D. R.

Lors de sa dernière visite d’inspection et de travail à Oran, le ministre de l’Habitat, Abdelwahid Temmar, a insisté sur les infrastructures d’accompagnement dans les nouvelles cités réalisées pour une meilleure prise en charge des relogés. Cependant, face aux besoins pressants en cet hiver surtout pour les familles des détenteurs de pré-affectations et celles des bidonvilles, les pouvoirs publics accélèrent la cadence et tentent d’offrir un toit décent en attendant les autres commodités. Au pôle urbain de haï Ennour d’Oued Tlélat, des familles relogées depuis plus d’une année attendent toujours le gaz de ville en cet hiver glacial. La bonbonne de gaz est devenue leur vrai cauchemar alors que leurs tentatives auprès des services concernés sont restées vaines. D’autre part, ni téléphone fixe ni internet ne sont disponibles, ce qui accentue leur isolement. “Même la connexion du téléphone mobile est difficile faute d’émetteurs. Nous nous sentons isolés”, soulignent les habitants. De leur côté, les services de la Seor jonglent avec la distribution de l’eau potable en attendant la réalisation de la deuxième conduite en provenance de la station de dessalement de l’eau de mer de Bethioua vers le pôle urbain. D’une capacité de 17 000 logements sociaux, soit 100 000 habitants en moyenne à la fin de sa réalisation, haï Ennour oblige les élus locaux à renforcer leur personnel de collecte des ordures ménagères et la prise en charge des espaces verts. “Tout manque. Les commerces ne se bousculent pas au portillon malgré la disponibilité des locaux. Du coup, nous sommes obligés de nous rendre au centre-ville de la localité pour nous approvisionner”, nous fait-on savoir. Reste le grand déficit en infrastructures scolaires où l’OPGI joue la course contre la montre pour être au rendez-vous pour la prochaine rentrée scolaire : “Un défi presque impossible à relever” nous dit-on encore. Par ailleurs, un nouveau commissariat de police sera inauguré lors de la prochaine visite du DGSN pour renforcer le dispositif sécuritaire.

NOUREDDINE BENABBOU


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER