Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

MARCHÉ DES fruits et légumes de Relizane

La canicule fait flamber les prix

©D. R.

Les prix des produits alimentaires repartent à la hausse et les citoyens ne savent plus où donner de la tête. En effet, les spéculateurs ont rebondi ces derniers jours, profitant de la canicule. À chaque saison de grande consommation, les prix flambent et mettent à rude épreuve les ménages à revenus faibles ou moyens.
Rien ne semble arrêter la hausse généralisée des prix des produits agricoles dont la qualité laisse à désirer. Du côté des agriculteurs, cette hausse s’explique par la vague de chaleur qui sévit ces derniers jours sur le territoire national. En été, avec les extrêmes de température et d’humidité que nous connaissons, il n’est pas toujours simple de maintenir la qualité. “Avec la chaleur, les fruits et légumes se sont flétris. Les tomates, par exemple, ont été cuites par le soleil avant maturité. Le raisin a brûlé, avec 40° au soleil rien ne résiste”, confie Mohamed, vendeur et agriculteur. “Nous avons moins de quantités, il faut arroser, toujours arroser. Pour nous, le manque à gagner est certain. Il faut faire avec”, indique-t-il. Devant les étals des commerçants, peu de gens s’arrêtent. Selon une ménagère, “cette canicule va donc nous priver de nourriture”. Les fruits et légumes étaient intouchables hier au niveau des marchés de la capitale. Leurs prix ont atteint des niveaux jamais égalés ces dernières années. “On savait que les prix allaient être revus à la hausse à cause de la canicule, mais pas à ce point”, s’indigne une mère de famille. Les vendeurs qui tentent de rendre disponibles certains produits alimentaires de première nécessité étalent la marchandise à des prix exorbitants. Les prix affichés sur les étals varient selon la qualité des produits, allant du meilleur au moins bon quand il ne s’agit pas tout simplement de mauvaise qualité. C’est du moins ce que nous avons constaté, hier, lors d’une virée au niveau de quelques marchés de la capitale. C’est le cas de la pomme terre dont le prix affiché sur les étals oscillait entre 65 et 75 DA/kg. Quant à la tomate et à la carotte, elles étaient vendues entre 85 et 100 DA/kg. La courgette ne descendait pas sous la barre des 180 DA/kg et la laitue était cédée à 150 DA. La même fourchette de prix était maintenue du côté des marchands ambulants. Leurs prix ne différaient pas de ceux affichés sur les ardoises exposées dans les marchés. Le citron dont le prix était maintenu entre 350 et 400 DA/kg est devenu ainsi un produit de luxe. Pour ce qui est des fruits de saison, il faut dire que cette année le marché enregistre une large disponibilité, mais les prix restent élevés et hors de portée pour la majorité des ménages. Ainsi, la banane était cédée entre 320 et 450 DA le kg, les raisins à 250 DA, les poires entre 250 et 380 DA. Les figues entre 250 et 300 DA et les pêches à 160 DA. “Les commerçants profitent de ces occasions pour augmenter les prix, c’est connu”, nous a lancé un citoyen. Approché, un père de famille dira : “Quand le citoyen va au marché, il reste stupéfait. Comment un simple fonctionnaire peut vivre ou nourrir ses enfants ?” Selon lui, “cette situation est due à l’absence de contrôle. On apprend par-ci par-là que ∑ a mis en place des cellules de lutte contre la fraude, mais la réalité est qu’il n’y a pas de suivi sur le terrain puisque les commerçants n’en font qu’à leur tête”. Notre interlocuteur nous a expliqué qu’il a eu du mal à acheter la pomme de terre au marché de gros et il n’a pu l’acquérir qu’au prix de 50 DA le kilo, accusant l’absence de toute surveillance de la part du ministère du Commerce. Les citoyens espèrent que les services concernés relevant de la Direction du commerce effectueront un contrôle rigoureux des prix qui ont dépassé le pouvoir d’achat du simple citoyen.

E. Yacine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER