Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Aïn Témouchent

La menace de la falaise de Béni Saf

Le problème de la falaise de Béni Saf, qui relie le port à la plage de Sidi Boucif, sur une distance de 700 m, a été au cœur d’un débat, mardi dernier, lors de la tenue de la réunion du conseil de wilaya consacrée à la présentation du bilan du secteur des travaux publics et des préparatifs des élections locales. Qualifié de point noir par le P/APC par intérim de Béni Saf, avec ses chutes de blocs rocheux particulièrement durant la saison hivernale, la falaise présente un véritable danger pour les automobilistes qui empruntent cet axe routier très fréquenté, l’unique issue qui mène vers la sortie de Béni Saf à travers la plage de Sidi Boucif. Une situation qui oblige, à chaque fois, les responsables concernés à fermer cet axe pour des raisons de sécurité. Dans son intervention, le directeur des travaux publics, et dans le sillage de la présentation de son bilan, a révélé qu’une étude a été réalisée mais le projet pour lequel une fiche technique a été élaborée, estimé à 400 millions de DA, a été gelé, puisque l’appel d’offres a été plusieurs fois infructueux. Selon l’intervenant, une ancienne étude a été proposée aux différents arbitrages sans toutefois qu’elle ne soit inscrite. ‘‘Nous avons même fait venir des Français qui ont pris en charge la protection de la corniche oranaise à titre gratuit. Ces derniers, après avoir constaté sur place la situation de la falaise, ont fait une proposition’’, a expliqué le DTP. Le problème s’est posé suite à la réalisation de la voie qui passe sous la falaise, il y a une dizaine d’années, la déstabilisant en raison d’une vaine tentative pour faire passer un réseau d’assainissement des eaux usées.

M. LARADJ


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER