Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

AG des commerçants du marché de gros de Fruits et légumes

“La réalisation d’un nouvel établissement s’avère indispensable”

Les commerçants exercent dans des conditions déplorables. © D.R

“Les locaux de fortune que nous utilisons depuis des années ne répondent à aucune norme alors que nous accueillons quotidiennement des produits agricoles de plusieurs wilayas”, expliquent les commerçants.

Réunis en assemblée générale en fin de semaine sous la présidence de Laïd Boutira, les commerçants du marché régional de gros Antar de fruits et légumes de Chlef ont exprimé, ensemble, au nom de leur association, leur profond désarroi à l’égard de la situation dans laquelle se trouve leur établissement. Selon leurs nombreux et accablants témoignages à cet effet, le marché en question, opérationnel depuis 1986, ne dispose pas des conditions ni des commodités qui permettraient aux 222 commerçants qu’il compte d’exercer convenablement leur profession. “Nous travaillons dans de très mauvaises conditions dans ce marché. Ni toilettes, ni AEP, ni conduites d’évacuation des eaux usées et pluviales, outre la stagnation des amas d’ordures presque partout caractérisent l’ensemble du marché. Ajouter à cela l’existence d’un abattoir juste à côté, ce qui rend l’atmosphère quasiment invivable compte tenu de l’odeur fétide qui infecte continuellement les lieux de jour comme de nuit. Quant aux locaux de fortune que nous utilisons depuis des années, ils ne répondent également à aucune norme alors que nous accueillons quotidiennement des produits agricoles de plusieurs wilayas. En plus, l’APC impose à chacun de nous un loyer mensuel de 6000 DA, ce qui est impensable, sans compter, bien sûr, plusieurs autres charges financières que nous assumons régulièrement comme par exemple les impôts et les cotisations à chacune des entrées de l’établissement”, expliquent les commerçants qui demandent, à la fin de leurs interventions, la réalisation d’un nouveau marché qui répond aux exigences de leur profession. Pour sa part, le président de l’association, Laïd Boutira, pour lequel la majorité des commerçants a renouvelé sa confiance pour un nouveau mandat après avoir adopté à l’unanimité les bilans moral et financier, a rappelé à l’assistance qu’il fera tout pour exaucer le vœu de réaliser un nouveau marché convenable qui répondra à toutes les conditions de travail et d’accueil des clients aussi.


AHMED CHENAOUI

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER