Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

El-Karimia (Chlef)

L’AEP, un problème récurrent


Le problème relatif à l’alimentation en eau potable à El-Hmyate, dans la commune d’El-Karimia, au sud-est du chef-lieu de la wilaya de Chlef, se pose toujours avec acuité. Pour les habitants de ce douar, qui compte pas moins de 200 familles et n’est pas loin du chef-lieu de la commune, cette situation n’a que trop duré. “Cela fait des années que nous vivons cette situation. Le calvaire que nous rencontrons à ce sujet est interminable, inquiétant et ne fait que croître au fil du temps.

En ces jours de confinement et de Ramadhan aussi, la désolation et la grogne sont à leur comble en l’absence totale de cette précieuse matière”, regrettent de nombreux habitants d’El-Hmyate. D’après plusieurs témoignages, ce n’est pas l’eau qui manque puisque les réservoirs qui alimentent les autres quartiers d’El-Karimia en AEP sont situés juste à proximité de leur douar, mais ce sont les responsables locaux de leur commune qui ne veulent absolument rien faire pour prendre en charge leur épineux problème, bien qu’ils soient parfaitement au courant de cette regrettable situation.

Ce n’est qu’à partir des différentes sources naturelles et des oueds de la région que ces habitants sont alimentés en eau et dans la plupart des cas à dos d’âne, comme dans le bon vieux temps. “Comment se fait-il qu’on nous demande d’être propres et de suivre strictement à la lettre les mesures de protection contre le coronavirus, alors que nous ne disposons pas d’eau pour nous laver ?” se posent-ils mystérieusement la question, avant d’ajouter avec amertume que celle (l’eau) qu’ils récupèrent à longueur de journée est utilisée au compte-gouttes et à des fins ménagères, mais surtout pour la préparation des repas en cette période de jeûne.

“Heureusement que nos enfants ne vont pas à l’école, car ce sont eux qui nous approvisionnent régulièrement en eau. Nous concernant, nous ne pouvons plus, à notre âge, supporter de transporter quotidiennement des jerricans d’eau lourds plusieurs fois par jour”, concluent plusieurs habitants d’El-Hmyate.

 

 

 


AHMED CHENAOUI   


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER