Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Station urbaine de Relizane

L’anarchie en maître des lieux !

La station urbaine “Battoir” est renommée pour son train-train anarchique. Les gens passent des heures d’attente sous un soleil torride, des va-et-vient dans tous les sens, de droite à gauche, et vice-versa, en diagonale, des femmes traînant leurs progénitures, des vieux cherchant un brin d’ombre pour pouvoir abriter au moins leurs têtes, des jeunes dégustant des cafés pour passer le temps, des travailleurs très pressés et inquiets ne cessent de demander les horaires, les directions des bus qui ne portent aucune pancarte, aucun indice. De par le nombre de bus garés à la station et l’apparition flagrante des agents de l’ETUR y compris des responsables lesquels aussi forment un pêle-mêle incontestable, ils forment carrément un tourbillon humain, ils sont là avec leurs contrôleurs harcelant sans cesse les citoyens, tentant ainsi chacun en guise de combat d’arracher des sous en échange d’un ticket, mais, le préjudice, c’est que ces mêmes agents et leurs supérieurs n’ont pas l’aptitude et l’audace ni d’orienter, ou de donner l’horaire, ni même la direction des bus censés être déjà programmés, puisque pour la ponctualité, ce n’est pas du sort du citoyen il n’en demande pas trop ! Et chacun met tout sur le dos de l’autre. Après que les receveurs aient vendu leurs tickets, ces messieurs se décident entre eux, où ira sa majesté le bus et à quelle heure. Ce que pense et ressent le citoyen est le derniers du souci de tous les éléments de l’entreprise de wilaya. Composée d’une vingtaine d’agents à vue d’œil ou plus, la station urbaine du “Battoir” incite les citoyens à vivre un cauchemar répétitif avec toutes les souffrances que cela endure, et dire qu’aucun répit n’est accordé à ces citoyens, eux qui sortent très tôt le matin, qui se bagarrent, qui souffrent, qui agonisent quotidiennement pour juste commencer la journée.

E. Yacine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER