Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

11es journées médicochirurgicales de Aïn Témouchent

Le cancer du sein et l’hépatite C en débat

Conférenciers spécialistes lors des journées de formation médicochirurgicales. © D.R

L’objectif est de donner la chance à tous les professionnels de la santé qui ont une relation directe avec le malade d’échanger les expériences.

Le SNPSSP (Syndicat national des praticiens spécialistes de la santé publique), présidé par Yousfi Mohamed, et ce, en collaboration avec l’EH Dr-Benzerdjeb de Aïn Témouchent, a organisé, les 30 juin et 1er juillet, les 11es journées médicochirurgicales consacrées aux maladies de l’heure, considérées comme des problèmes de santé publique, aussi bien sur les plans national qu’international. 
Il s’agit notamment du cancer du sein et de l’hépatite C. Le but de ces journées de formation est de donner la chance à tous les professionnels de la santé qui ont une relation directe avec la prise en charge du malade, et ce, dans le cadre des échanges des expériences. Le thème relatif au cancer du sein a suscité un vif intérêt dont les intervenants ont traité le volet de la prise en charge de cette maladie qui est en perpétuelle croissance depuis quelques années, notamment en ce qui concerne les moyens disponibles jugés satisfaisants, dans la mesure où ils répondent à la prise en charge de cette maladie à travers l’ouverture de nouveaux centres de lutte contre le cancer. Cependant, les conférenciers ont soulevé le problème crucial de l’insuffisance des médicaments, en particulier la radiothérapie, que les professionnels et patients ne cessent de revendiquer des pouvoirs publics.
“Certes il y a une amélioration à travers la coordination entre les différents centres de lutte contre le cancer en ce qui concerne la radiothérapie mais cela reste insuffisant”, a indiqué M. Yousfi. Selon lui, actuellement il existe une vingtaine de centres anti-cancer dont 14 relèvent du secteur public et 6 du secteur privé, alors qu’à l’Ouest il n’y avait qu’un seul, celui d’Oran, contre 3 centres actuellement implantés à Oran, Sidi Bel-Abbès et Tlemcen, et ce, en plus d’autres centres au Sud-Ouest qui vont ouvrir prochainement. “L’amélioration réside aussi dans le fait que les délais des rendez-vous ont sensiblement diminué. Ils sont passés entre un et deux ans à quelques mois seulement. Mais il ne faut pas oublier que ces centres nécessitent de gros moyens matériels et financiers”, a-t-il ajouté. Actuellement, 50 000 cas de cancer sont recensés en Algérie, dont celui du sein occupe la première place qui est dépisté même chez l’homme, dû aux changements climatiques et au mode de vie des citoyens, et que chez la femme il touche celles âgées entre 30 et 50 ans contre 60 ans auparavant, a-t-il révélé. Le second thème abordé était celui de l’hépatite C qui est elle aussi un véritable problème de santé publique. À ce titre, M. Yousfi évoque l’instruction ministérielle d’avril 2018 portant les efforts consentis dans la prise en charge de cette maladie à travers la disponibilité des médicaments, sont diagnostic et son dépistage pour le côté de la prévention, et indique qu’il y a eu évolution à travers les dernières recommandations internationales et nationales pour la prise en charge de cette maladie, et que l’Algérie dispose des derniers médicaments qui sont disponibles et qui sont produits par un laboratoire algérien, précisant que la prévalence de l’hépatite C se situe entre 1 et 2% par rapport à la population. 


M. LARADJ

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER