Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Célébration de la journée mondiale du braille

Le cri de détresse des non-voyants à Relizane

Dans la wilaya de Relizane, les non-voyants ont accès à un magazine en braille. © D.R

La wilaya compte plus de 150 personnes souffrant de ce handicap.

“À travers notre association créée en 2019, nous nous investissons à rendre notre quotidien et celui de tous ceux qui souffrent de cécité plus agréable. À travers cette journée, nous ouvrons le débat sur tous les aspects de cette vie quotidienne, notamment en termes de mobilité dans la ville. Dans l’après-midi, nous comptons également procéder à une simulation de vie d’un aveugle en bandant les yeux de quelques-uns de nos invités voyants. En un laps de temps, ils pourront connaître à quoi ressemble notre vie”, déclare Benada Aïcha, présidente de l’association des non-voyants de la wilaya de Relizane.

Pour elle, les non-voyants ont un immense problème de circulation dans la ville, étant donné qu’ils sont incapables de constater les obstacles qu’ils peuvent rencontrer. Rien qu’en parlant des trottoirs, il cite justement une douzaine d’anomalies et d’éventuels dangers pour les aveugles. À l’instar d’autres régions du pays et de la planète, la wilaya de Relizane a célébré la Journée internationale du braille coïncidant avec le 4 janvier de chaque année. Cette journée est en quelque sorte un hommage rendu à Louis Braille, né près de Paris, en France, en 1809 et qui devient aveugle à l’âge de 3 ans.

À partir de 16 ans, il développe un procédé d’écriture en relief qui permet aux personnes aveugles de lire et d’écrire. Le braille est une écriture universelle, utilisée aujourd’hui dans toutes les langues, pour les textes, la musique et les matières scientifiques comme les mathématiques. Des montres, des calculatrices et des ordinateurs entre autres sont, grâce au système d’écriture braille, utilisés par des personnes aveugles. La wilaya de Relizane compte aujourd’hui plus de 150 non-voyants souffrant terriblement de leur handicap, mais qui essayent d’être utiles et de briller dans divers domaines de la vie active. Ainsi, nous les retrouvons dans le paysage culturel, scientifique, artistique et même sportif. Il y a des élèves, des lycéens, des étudiants et même des professeurs d’université souffrant de cécité, comme il y a des travailleurs faisant partie de cette catégorie aux besoins spécifiques.

À l’inverse des sourds-muets, les apprenants non-voyants ou malvoyants n’ont pas de problèmes pour poursuivre leurs études, puisqu’ils entendent et ont leurs tablettes braille pour écrire et lire. Lorsqu’ils passent le baccalauréat par exemple, un professeur est réservé à chacun d’entre eux et lit les questions et rapporte les réponses dans la feuille d’examen. Dans la wilaya de Relizane, les non-voyants ont accès à un magazine en braille pour leur permettre de se cultiver. Dans le cadre de la lutte contre l’analphabétisme qui touche diverses catégories sociales dont celle des aveugles, une convention a été signée avec l’ONAEA (Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adultes) afin de prendre en charge des jeunes et moins jeunes aveugles pour leur apprendre à lire et à écrire.

Au sujet de l’accès au travail, des observateurs indiquent que parmi les jeunes qui viennent chaque année en masse dans le marché du travail, on relève des centaines de handicapés physiques qui postulent eux aussi pour un emploi, mais qui ont peu de chances d’en trouver. Dans le même prolongement, il est utile de signaler que dans le volet de la prise en charge des personnes aux besoins spécifiques, des couloirs ont été ouverts pour leur permettre d’acquérir une formation leur permettant éventuellement de sortir de leur isolement et de servir la communauté.

Parmi ces handicapés physiques, il y a au moins actuellement 20 non-voyants, ayant suivi une formation dans le métier de standardiste et acquis des diplômes sans pour autant parvenir à travailler. 

 

 

 


E. Yacine



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER