Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Journée d’étude sur la pêche continentale à AÏN DEFLA

Le poisson d’eau douce local très demandé

Le wali de Aïn Defla, Aziz Benyoucef (au centre), lors de la journée d’étude sur la pêche continentale. © D.R.

Le poisson d’eau douce algérien est très sollicité par de nombreux pays européens en plus de la Tunisie, a-t-on souligné.

Organisée à la fin de la semaine écoulée à la maison de la culture Émir-Abdelkader à Aïn Defla, la journée d’étude sur la pêche continentale a rassemblé nombre d’agriculteurs, éleveurs et autres spécialistes en la matière venus de toutes les communes de la wilaya. À l’ouverture des travaux de cette journée à laquelle a également pris part le représentant du ministère de l’Agriculture Taha Hamouche, le wali de Aïn Defla Aziz Benyoucef a rappelé que “la pêche continentale est considérée comme une importante richesse sur laquelle repose notre wilaya, compte tenu du nombre considérable d’infrastructures hydriques réparties à travers l’ensemble de son territoire”. Dans le même contexte, le chef de l’exécutif de wilaya a rappelé à l’assistance que la wilaya de Aïn Defla dispose de cinq grands barrages, de quatre autres petits, de neuf retenues collinaires et de 1200 bassins d’irrigation qui s’étendent sur une superficie totale de 2567 ha et dont la capacité de production de différentes variétés de poissons d’eau douce est évaluée à 1500 t. “Dans le cadre de l’investissement dans ce domaine, nous avons enregistré, rien que pour l’année 2017, huit projets avec une capacité de production prévisionnelle annuelle estimée à 400 t, outre cinq autres projets toujours dans des investissements similaires implantés sur 23 ha de plan d’eau, suite à quoi, 60 postes d’emploi directs ont été créés”, rappelle encore le chef de l’exécutif de wilaya. Soulignons également qu’il a été fait savoir, lors de cette journée d’étude qui a suscité un grand débat entre les participants quant au devenir de la pêche continentale, que les 1200 bassins d’irrigation de la wilaya de Aïn Defla produiront, une fois ensemencés, 5 q chacun de diverses variétés de poissons d’eau douce par an. Pour sa part, le représentant du ministère de l’Agriculture a fait savoir, lors de son intervention à cette occasion, que l’Algérie dispose, outre des barrages et des retenues collinaires, de 14 000 bassins d’irrigation. “Cinquante projets d’investissement au total sont déjà inscrits dans le cadre de ces mêmes bassins à travers l’ensemble du territoire national. Au moyen de ces mêmes projets, nous visons à produire 25 000 t de poisson d’eau douce. Quant au nombre de dossiers d’investissement dans ce secteur déposés, il est de 250”, indique le représentant du ministère de l’Agriculture après avoir informé que 1500 pisciculteurs ont déjà été formés dans plusieurs instituts à travers le pays. Le même intervenant a aussi souligné que le poisson d’eau douce algérien est très demandé par de nombreux pays européens en plus de la Tunisie, “où d’importantes quantités de ce poisson ont été déjà exportées particulièrement à partir du barrage de Ghrib, dans la commune d’Oued Chorfa à Aïn Defla, et de celui de Béchar”. 


CHENAOUI Ahmed

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER