Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 2-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Ils ont été condamnés à deux ans de prison à Oran

Le procès en appel des membres d’El-Ahmadya en octobre

Palais de justice d’Oran. ©D. R.

Lors de leurs auditions, les trois accusés avaient rejeté les faits qui leur étaient reprochés et nié appartenir à l’organisation El-Ahmadya…

Le procès en appel de B. Ahmed, 71 ans, B. Mohamed Karim et Y. Mohamed Amine, tous deux âgés de 33 ans, accusés de constitution d’une association sans autorisation, en l’occurrence El-Ahmadya, et de collecte de fonds en dehors du cadre légal, devrait avoir lieu cet octobre au palais de justice d’Oran. Les trois hommes — ainsi qu’un quatrième, qui se trouvait à la prison de Mostaganem dans le cadre d’une autre affaire — avaient été condamnés en première instance, en mars dernier, par le tribunal correctionnel d’Es-Sénia à deux années de prison ferme, assortie d’une amende de 300 millions de centimes et au dinar symbolique au ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, au titre du préjudice subi. Dans son réquisitoire, le procureur de la République avait réclamé la condamnation des accusés à deux ans de prison et une amende de 200 millions de centimes, alors que la partie civile, représentée par la Direction des affaires religieuses, avait dénoncé la volonté des Ahmadis de porter atteinte à l'islam, et demandé le dinar symbolique.
Lors de leurs auditions, les trois accusés avaient rejeté les faits qui leur étaient reprochés et ont nié appartenir à l’organisation El-Ahmadya et d’avoir créé une association sans autorisation ou collecté des fonds en dehors du cadre légal.
Ce faisant, ils revenaient sur les déclarations faites après leur arrestation en janvier 2017, à travers lesquelles ils reconnaissaient devant la police activer au sein d’El-Ahmadya.
Les trois hommes avaient été arrêtés à Es-Sénia, au domicile de B. Ahmed, où une importante littérature sur El-Ahmadya (livres, documents, clefs USB…) et des reçus de cotisation ont été trouvés et saisis. Ce procès intervient alors que de nombreux Algériens ont été interpellés à travers plusieurs régions du pays, accusés d’appartenir à El-Ahmadya, que plusieurs responsables du gouvernement ont qualifiée de secte, dont l’objectif est de porter atteinte à l’islam. Argument sur lequel le représentant du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs s’était appuyé au cours du procès en correctionnelle pour réclamer la condamnation des accusés.

Samir Ould Ali


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER