Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

7e édition du SIPA à Oran

Le secteur de la pêche toujours en deçà des attentes

La 7e édition du Salon international de la pêche et de l’aquaculture 2017 (SIPA) ouvrira ses portes, demain, au Centre des conventions d’Oran (CCO) jusqu’à dimanche. Placée sous le slogan “Pour une croissance durable et diversifié de l’économie de la pêche et de l’aquaculture”, cette manifestation économique se veut un rendez-vous incontournable de tous les segments du secteur de la pêche et de l’aquaculture et des professionnels. Pour ce faire, les organisateurs ont annoncé la participation d’une centaine d’exposants dont 35 étrangers mais aussi la présence d’organisations internationales comme le PNUD, l’Agence coréenne de la coopération internationale, et l’Agence japonaise de coopération internationale. Deux pays qui, par ailleurs, ont atteint un niveau de développement et d’industrialisation du secteur de la pêche comme étant des plus importants au monde. Autre pays qui sera présent à ce salon la Hongrie, invité d’honneur de ce 7e SIPA. Durant le salon, alors que des dégustations sont prévues pour les produits issus de l’aquaculture de la pisciculture, nombre d’exposants relèvent de l’ensemble des activités liées à la pêche et à l’aquaculture. Ainsi, on annonce la présence d’opérateurs de la construction navale, des spécialistes de l’emballage, des fournisseurs d’équipements de pêche et de la transformation du poisson. Les organisateurs prévoient encore durant tout le salon la tenue de conférences avec des experts et des spécialistes sur des thématiques comme “Les zones d’’activités de l’aquaculture, le développement de la pêche, la stratégie du secteur”. Autant de sujets qui devront donner peut être un éclairage sur la politique gouvernementale du secteur dont il est attendu depuis longtemps une mise à niveau avec l’objectif de renforcer la sécurité alimentaire. Côté affaires, des rencontres B to B, des  workshops sont prévus pour rapprocher les opérateurs et professionnels en vue d’échanges et de partenariats.

D. Loukil


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER