Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Relizane

Le village de Benaga a soif

© D.R.

La pénurie d’eau dont souffre Benaga, village relevant de la commune de Belacel, perdure toujours. En effet, la plupart des foyers de ce village de près de 500 habitants n’ont pas vu l’eau couler dans leurs robinets depuis près de vingt jours. “Dites-leur que nous avons soif et qu’aucune goutte ne coule de nos robinets”, nous dit un citoyen de ce bourg.
La raison ne réside pas seulement dans le manque d’eau, mais aussi dans l’obstruction des principales conduites, en raison de la présence de calcaire. Tout un réseau d’alimentation, réalisé il y a quelques années seulement, est aujourd’hui défectueux. Il serait question d’un projet de réalisation d’une nouvelle ligne principale de distribution. Les habitants quant à eux reprochent aux responsables locaux leur passivité et un manque de volonté dans la prise en charge de cet épineux problème. Par ailleurs, certains élus dénoncent la façon avec laquelle le PCD de cette localité a été réparti. C’est ainsi qu’un projet, qui a grevé le tiers du montant du PCD, soit près de 700 millions de centimes environ, a été concentré dans une seule localité comptant près de 2 000 habitants : “Nous sommes conscients que ce village fait partie entièrement de notre commune, et que ses habitants ont droit à l’eau, mais je pense qu’il y a une mauvaise gestion de la part des autorités locales, pour la prise en charge dudit village”, nous dit Ali, un citoyen de Benaga. Un autre estime que “dans ce village, par exemple, il y a de grandes sources naturelles. On aurait dû penser à faire des captages, la prise en charge aurait été réalisée à un meilleur coût”. Mais la réalité est là : on préfère s’approvisionner en eau à partir des forages de l’oued Mina pour se retrouver ensuite à la case départ quelques années plus tard. En attendant que les responsables révisent leur mode de gestion et leur politique d’exploitation de cet élément vital, la population continue de souffrir du manque d’eau.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER