Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Secteur de la santé à ORAN

Le wali inspecte les chantiers en cours

© D.R

Le taux d’avancement des travaux des deux hôpitaux de 240 lits, lancés depuis janvier 2013, l’un à Gdyel et l’autre à Sidi Chahmi, semble connaître un nouveau rythme soutenu depuis la levée du gel et le déblocage des enveloppes financières, soit 400 milliards de centimes (marché + avenants) pour le premier, et 430 milliards de centimes pour le second (marchés + avenants). Ces montants révèlent une légère différence à cause du revêtement des sols, sans oublier les 80 milliards de centimes pour chacun affectés aux équipements médicaux. D’ailleurs, la réception provisoire des deux nouvelles structures est programmée pour octobre et novembre 2019. Si pour les deux projets cités où le bureau d’études algérien et l’entreprise turque font d’importants efforts, le 3e établissement hospitalier des grands brûlés de 120 lits, inspecté, semble abandonné par l’entreprise algérienne réalisatrice du projet, où le taux d’avancement des travaux est de 85%, alors que la réception était prévue pour 2018. Sur place, le wali a instruit le DSP (directeur de la santé et de la population) d’Oran de saisir l’entreprise réalisatrice et “d’appliquer la loi si c’est nécessaire”. 

Aux questions de Liberté lors du point de presse, le wali a rappelé : “Les avenants sont dus au gel des projets, puis la levée du gel et la réactualisation des prix ainsi que des travaux supplémentaires pour être aux normes des établissements hospitaliers”, et d’ajouter : “Quant à l’introduction des produits locaux dans la réalisation des projets, je rappelle que les hôpitaux de Gdyel et Sidi Chahmi de 240 lits sont des projets “clé en main”. Aujourd’hui, nous incluons les produits locaux dans les cahiers des charges.” 
Cette mise au point fait suite à l’achat de transformateurs turcs que le wali a inspectés, et a demandé leur origine de fabrication. Si la conception des hôpitaux de 240 lits a convaincu plus d’un, le service après-vente et la réalisation des installations font douter. 


NOUREDDINE BENABBOU


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER