Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Créances non recouvrées à l’ADE de Mostaganem

Les APC, ces mauvais payeurs

La dette non honorée par les APC s’élève à 1.35 milliard de DA. ©D. R.

Sur les 240 milliards de créances dues, 50% de la dette sont détenus par les APC de la wilaya.

Les services de l’unité de l’ADE (Algérienne des eaux) de la wilaya de Mostaganem planchent sur le bilan comptable des douze mois écoulés pour avoir un récapitulatif des activités commerciales en matière de distribution d’eau, mais pas que cela. Dans un entretien accordé tout récemment à Liberté au siège de l’unité, le directeur de l’ADE, Mokhdar Sid-Ahmed, nous a déclaré : “Sur les 240 milliards de créances dues pour l’entreprise publique, 50% de la dette sont détenus par les APC de la wilaya.”
Un chiffre impressionnant que le premier responsable concerné nous a allégrement détaillé pour nous expliquer l’urgence de récupérer cet argent afin de maintenir l’équilibre financier pour l’année 2018, surtout en l’absence d’aide directe de la direction générale de l’ADE à Alger.
La dette chiffrée pour les APC alimentées en eau par l’ADE de Mostaganem représente en réalité 1,35 milliard de DA, qui s’accumule d’année en année et n’a pas été honorée en totalité par les locataires des APC concernées.
Pour ce faire, l’unité de la wilaya de Mostaganem a épuisé toutes les voies légales du règlement à l’amiable, des plaintes ont été déposées contre les APC de Sidi Ali, Blad Touahria (daïra de Mesra), Bouguirat et Sirat, et trois procès ont été finalement gagnés en 2017 et une partie de la créance a été récupérée de l’ordre de 600 000 000 DA au mois de novembre 2017.
Cependant, une nouvelle dette s’est accumulée depuis le lancement de la procédure en justice il y a trois ans et s’élève aujourd’hui à près de 530 millions de DA rien que pour cette même mairie de Sidi Ali.
“Des P/APC endettées demandent aux services de l’ADE que nous prenions en charge l’alimentation en AEP des douars pour se déresponsabiliser, alors que des contrats les obligent à honorer les factures impayées”, nous a affirmé M. Mokhdar. Il faut savoir que l’ADE de Mostaganem a peiné pour maintenir son équilibre financier en 2017 et les perspectives ne sont pas aussi rassurantes pour 2018 si les créances ne sont pas récupérées à moyen terme, car les charges de la société représentent 11 milliards de centimes (800 employés pour toute la wilaya). M. Mokhdar a lancé un appel solennel aux nouveaux P/APC élus à payer les dettes cumulées pour une meilleure gestion des relations ADE/APC dans l’intérêt général des abonnés.

M. Salah


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER