Scroll To Top

L’Algérie profonde / Ouest

Dégel des financements de crédit Ansej à Oran

Les banques lèvent leur veto cette semaine

L’Ansej annonce aux souscripteurs le déblocage des fonds. ©D. R.

Plus le gel des banques persiste, plus le déficit, voire la faillite de ces jeunes s’affirme, alors que leurs projets n’ont même pas démarré.

Bonne nouvelle pour les jeunes en attente d’un financement des institutions bancaires pour l’octroi d’un crédit. En effet, ils n’auront plus à prendre leur mal en patience trop longtemps car le responsable de l’antenne locale de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) à l'USTO a annoncé qu’un déblocage des fonds se fera éminemment les prochains jours.
En nous rendant sur place, il nous a été donné de constater l'engouement que suscite ce dispositif à Oran où le chômage fait rage et où le mot emploi est devenu un vocable d'une autre langue qu'on n'arrive plus à pénétrer. Ce sont en particulier des dizaines de dossiers de jeunes qui attendent, depuis plus de 6 mois, l’aval des banques publiques, annonce une source de la direction locale de l’antenne Ansej. Dans ce contexte, il conviendra de souligner que les dossiers de ces jeunes sont conformes et ont passé toutes les étapes administratives requises par la législation.
De même que la plupart des souscripteurs ont déboursé entre 25 000 et 50 000 DA de frais de location d’un local d’activité, voire même plus pour certains, durant cette période d’attente d’un aval des banques. Plus le gel des banques persiste, plus le déficit, voire la faillite de ces jeunes s’affirme, alors que leurs projets n’ont même pas démarré, nécessairement que le bail de location exigé à ce niveau est de cinq ans. Un fait qui, à la base, bloque de nombreux postulants. Notons que cette problématique se pose pour plus de 200 jeunes souscripteurs en attente d’un ultime aval des banques au niveau de la wilaya d’Oran.
Le responsable de l’Ansej s’en lave les mains et précise que ce gel est totalement indépendant de leur volonté et ne concerne que les institutions financières qui, précisons-le, répondent à une instruction du ministère des Finances. Cette instruction appelle les banques à stopper toutes approbations définitives aux jeunes ayant obtenus préalablement un accord de principe.    

H. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER