Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 319 nouveaux cas de Covid-19 durant les dernières 24 heures, portant le nombre des cas confirmés à 57651
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Oran

Les maires ont-ils peur du nouveau plan de circulation ?

Pourtant adopté par les directions de l’exécutif, le nouveau plan de circulation tarde à être matérialisé. ©D. R.

Vraisemblablement, un avant-goût de l'échec de ce plan commence à se faire sentir au vu des nouveautés concrètement apportées sur le terrain, à savoir le tramway, les gares routières et notamment le projet en perspective de la gare intermodale prévue à Oran.

Annoncé depuis plusieurs années, le nouveau plan de circulation de la ville d’Oran est encore à la traîne pour son application effective et définitive. En effet, les directions de l’exécutif  concernées, à savoir la direction des transports et celle de l’administration locale ont adopté ce plan, sauf que les communes tardent à le matérialiser sur le terrain.
Cette fois ci, c’est la commission du transport et de l’aménagement du territoire de l’Assemblée de wilaya qui soulève cette question en déplorant et dénonçant le laxisme des communes. Ces dernières hésitent et retardent la mise en œuvre, évoquant la volonté de bien faire et des imperfections à corriger. Vraisemblablement, un avant-goût de l'échec de ce plan commence à se faire sentir au vu des nouveautés concrètement apportées sur le terrain, à savoir le tramway, les gares routières et notamment le projet en perspective de la gare intermodale prévue à Oran. Il conviendra de souligner qu’une anarchie indescriptible règne sur les routes, au niveau des arrêts, voire même dans les bus.
En effet, la mise en exécution de ce plan fait peur et les usagers continuent de souffrir du diktat des transporteurs privés en attendant une restructuration du plan de transport et la mise en place d’un réel service public.
Au-delà de l’anarchie qui règne en milieu urbain, le transport vers les communes est chimérique à partir de 18h et aux heures de pointe, les gares intermédiaires sont jonchées de monde, rendant la désorganisation quasi totale. La seule option qui s'offre aux usagers est d'attendre au niveau des stations et gares un éventuel transporteur clandestin.
Aujourd'hui, il devient de plus en plus difficile de réglementer le secteur, tellement l'anarchie a longtemps régné. Le dernier problème auquel fait face la direction des transports est l'augmentation incontrôlée des tarifs de certaines lignes.
Le plus urgent pour l’instant est que les APC prennent en charge ce plan lors de leurs prochaines sessions.

H. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER