Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Relizane

Les parents face au dilemme de la qualité des fournitures

© D. R.

Les parents d’élèves, et s’agissant de la rentrée scolaire, se trouvent confrontés au dilemme de la qualité des fournitures scolaires, notamment les blouses. Le choix de celles de bonne qualité, satisfaisantes sur le plan sanitaire, et d’autres, généralement d’importation et présentant des risques sur la peau de l’enfant, n’est pas évident pour tout le monde.
Des parents achètent des produits Made in China, en connaissance de cause. “J’ai trois enfants scolarisés. Je sais qu’en général la qualité du tissu est mauvaise. On dit dans les médias que c’est inflammable et que c’est dangereux pour la peau. Toutefois, le prix est à la portée de tout le monde, surtout ceux qui ont plusieurs charges à assumer comme c’est le cas pour moi”, reconnaît Radia, mère de quatre enfants. De nombreux citoyens partagent ce raisonnement en considérant que les risques dont on parle sont rares, voire exagérés. “Que le tablier soit inflammable, je trouve cela tiré par les cheveux. Mon fils ne va pas étudier dans un endroit où il y a du feu. En plus, les blouses ne sont pas portées à longueur de journée”, ajoute notre interlocutrice. D’autres, par contre, déclarent éviter les marchandises chinoises autant que faire se peut.
“Nous ne sommes pas, mon mari et moi, dans le besoin. Nous avons la possibilité d’acheter des produits de qualité, et ce que nous faisons d’ailleurs. Toutefois, le problème se pose au niveau de l’offre. L’écrasante majorité des libraires à Relizane proposent des produits Made in China. Il faut faire ses courses ailleurs ou bien accepter le fait accompli”, déplore Karima, médecin et mère de deux enfants scolarisés. L’Association nationale de la protection du consommateur a, quant à elle, appelé les parents à “tenir compte de la mauvaise qualité de certains produits chinois qui peuvent porter préjudice à la santé de l’enfant”. Des spots publicitaires produits par cet organisme appellent à la vigilance. Le produit algérien, en matière de fournitures scolaires, reste très loin du compte. “Les blouses locales sont achetées par une minorité des clients du fait de leur cherté. Il faut que les ateliers algériens améliorent leur compétitivité afin de s’imposer sur le marché local et pourquoi pas réussir à l’étranger”, souligne Ahmed, gérant d’un grand magasin de vêtements pour enfants.


E. Yacine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER