Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Ville de Relizane

Les quartiers infestés de dealers

©D. R.

Connue par son calme et sa tranquillité, Relizane est une ville qui a perdu aujourd'hui ses valeurs ancestrales. Conséquences d'une déviance de cette jeunesse : après la démission des parents, les jeunes se trouvent livrés à eux-mêmes et s'adonnent à la drogue et aux psychotropes de plus en plus forts, espérant échapper à un dur présent fait de chômage, de malvie et surtout d'horizon fermé. Certains s'étonnent de voir des tranquillisants et autres drogues, habituellement délivrés sur ordonnance, s’échanger entre les jeunes au coin des rues et même dans les toilettes des cafés de la place publique.
Une accoutumance aux effets néfastes, sous l'emprise de laquelle le jeune inconscient devient capable de tous les excès. Le kif qui nous vient, paraît-il du Maroc, est aussi disponible que les cacahuètes. Relizane est loin de ce temps où les jeunes se dérobaient à la vue de leurs aînés pour fumer une cigarette. Aujourd'hui, cette jeunesse est en proie à une grande inquiétude. Les “hittistes’’ (jeunes oisifs), se sont mués en dealers. Ils sont partout, dans tous les quartiers de la ville. À présent, banaliser la consommation de la chira, chez les jeunes, continue à bénéficier d'un préjugé plus que favorable (halal) acquis durant les “Années-mosquées”. L'enjeu financier se double d'un enjeu politique inavoué aux effets plus que dévastateurs. Pas une  seule artère (comprendre cité) sans drogue. Chaque quartier à ses propres dealers. Combien sont-ils? Dieu seul le sait. Refusant de travailler dans le halal, ils ne sont en fait que la chair à canon des gros bonnets qui tirent les ficelles de ce commerce juteux.
Les dealers prolifèrent et la plupart d’entre eux ont moins de 25 ans. La loi est particulièrement sévère à leur encontre même si en fait elle ne fait que perpétuer leur exclusion, déjà programmée par le système du champ social.

E. Yacine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER