Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

HAMMAM BOU HADJAR (AÏN TÉMOUCHENT)

Les résidus des collectes d’ordures inquiètent les habitants

©D. R.

Un phénomène nouveau qui ne va pas plaire certainement aux défenseurs de l’environnement et aux écologistes vient de s’installer dans la cité des Thermes dans la wilaya de Aïn Témouchent. Un phénomène qui inquiète au plus au point des habitants en particulier ceux de la cité Mohamed-Boudiaf plus connue sous le nom de Chetaïbo.
Si ces derniers ont été soulagés de la réalisation de la récente opération de revêtement de leurs rues et ruelles en béton bitumineux (tapis) -pour laquelle l’État a consacré une enveloppe de 8,5 milliards de centimes- après avoir souffert de l’état de dégradation des routes et toutes les conséquences dont la poussière qui a envahi la cité pendant de longues années, ils viennent malheureusement d’être confrontés à un autre calvaire. La collecte des ordures ménagères pour laquelle les autorités de wilaya donne une importance primordiale, car faisant partie du processus d’amélioration du cadre de vie, se transforme en cette période de grandes chaleurs en un véritable cauchemar.
Et pour cause, le nouveau revêtement des routes est arrosé quotidiennement et lors de chaque passage du camion du ‘‘jus’’ des ordures ménagères que les agents déversent volontairement sur leur passage, laissant des traces qui peuvent avoir des conséquences fâcheuses sur le plan de la santé. Car en dehors des odeurs nauséabondes que dégage ce liquide résiduel des ordures ménagères déchets “celui-ci attire toutes sortes de moustiques et d’insectes dont les piqûres peuvent avoir des conséquences fâcheuses sur les enfants en bas âge et les vieillards, les catégories les plus vulnérables. Selon l’un des spécialistes dans ce domaine précis que nous avons sollicité, la solution est facile. Le chef de parc de la commune doit se débrouiller pour équiper le camion de collecte des ordures ménagères d’un petit réservoir doté d’un tuyau pour la récupération du ‘‘jus’’ et le déverser dans des bouches d’égouts. Une technique usitée sous d’autres cieux et qui ne demande pas de gros moyens. Que les responsables de la commune de Hammam Bou Hadjar sachent que cette ville accueille des milliers de visiteurs, de curistes et de touristes chaque année et qu’au lieu de s’occuper à organiser les jubilés pour d’anciens joueurs d’un club de football qui a disparu devraient orienter leurs efforts vers la propreté de la cité des Thermes. Le réseau routier de la cité des Thermes est sali par ce ‘‘jus’’ qui laisse des traces indélébiles et son rinçage est impossible. Aussi, selon certaines indiscrétions, la ville des Thermes sera dotée dans moins de quatre mois de deux ou de trois camions de collecte des ordures ménagères comme les communes de Aïn Témouchent, Béni Saf et Oulhaça. Ces camions sont équipés d’un système de levage de bac à ordure. Pour assurer une longue vie à ces camions, il faudra qu’ils soient utilisés dans des cités accessibles, c’est-à-dire dont les rues peuvent être empruntées pour avoir bénéficié d’une opération de revêtement en béton bitumineux.

M. LARADJ


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER