Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Mostaganem / Rentrée universitaire

Les syndicats estudiantins font le forcing

À la faveur de la rentrée universitaire, les syndicats autonomes, au nombre de trois ou quatre, militant sur le front des luttes estudiantines reprennent du poil de la bête et tracent le programme d’une nouvelle année, laborieuse, à peine entamée en ce moins de septembre pour dénoncer les conditions catastrophiques dans laquelle les étudiants rejoignent les bancs des amphithéâtres.
Mardi dernier, un communiqué de presse signé par trois organisations syndicales estudiantines, à savoir l’Union nationale des étudiants algériens (UNEA), présidée localement par Soltani Adda, le Rassemblement des étudiants algériens libres (REAL), chapeauté à Mostaganem par Benali Abdellah, et l’Union nationale de la jeunesse algérienne (UNJA), dont le bureau de wilaya de Mostaganem est présidé par Benahmed Abdelhadi, reprend une dizaine de points en guise de doléances dont souffre l’université de Mostaganem.
On y retrouve la nette dégradation du cadre de vie des étudiants, notamment le retard prolongé dans la réception des nouvelles résidences universitaires des 2000 lits pour filles et celle de 1000 lits de Kharrouba qui seraient susceptibles de soulager la pression de la surcharge dans les chambres où s’entassent parfois jusqu’à cinq étudiants à la fois. Ces mêmes syndicalistes dénoncent avec véhémence l’absence totale du directeur des œuvres universitaire qui aurait raté l’occasion de rencontrer les représentants de ces étudiants, selon la déclaration faite par Soltani Adda, coordinateur du bureau de l’UNEA à Mostaganem.
De son côté, la Direction des œuvres universitaires (DOU) a tenté de rassurer ces étudiants sur la prise en charge des doléances soulevées.  


M. SALAH


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER