Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Après les parkings et les solariums

Les terrains de football payants à Aïn Témouchent

©D. R.

Réalisés à coup de centaines de milliards par le Trésor public au profit des jeunes pour une exploitation gratuite, les terrains de football de proximité de la wilaya de Aïn Témouchent sont malheureusement payants. Pour y accéder, il faudra casquer la bagatelle de 500 voire 700 DA. C’est du moins ce qu’il a été révélé à M. Mohamed Hattab ministre de la Jeunesse et des Sports lors de sa visite de travail effectuée samedi dernier dans la wilaya de Aïn Témouchent. Cette pratique illégale soulève, déjà, la polémique sur la gestion de ces infrastructures que des parties tentent d’exploiter pour déplumer le pauvre jeune en quête de distractions. Après avoir été informé de cette pratique malsaine, le ministre a été on ne peut plus catégorique. “Ce ne sont pas des infrastructures commerciales. Il est strictement interdit d’exiger aux usagers de ces terrains une cotisation. Il faut arrêter’’, s’est-il exclamé. L’hôte de Aïn Témouchent ira encore plus loin en affirmant : “S’il y a lieu d’ouvrir une enquête, on le fera’’ avant de se retourner vers M. Moncef Merabet son directeur de la jeunesse et des sports pour l’exhorter à veiller pour que cette pratique soit à jamais bannie. ‘‘Nous sommes là au service du citoyen. C’est beau en tant que secteur public de réaliser une telle infrastructure. Cela veut dire quoi en imposant une cotisation de 700 DA à ce pauvre jeune qui n’a pas où aller ? Le pousser vers la harga, la drogue, le vol ? Personne n’a le droit d’imposer une cotisation’’, a-t-il martelé. Pour ceux qui ont les moyens de se payer une rencontre de football, le ministre a indiqué qu’il venait de lancer un appel aux privés pour investir dans le secteur de la jeunesse et des sports. Le plus grave c’est qu’il s’agit d’une utilisation d’un bien public par les agents de l’État qui font payer les usagers. Toutefois le ministre a reconnu que des cas similaires existent dans le territoire national même s’ils sont minimes. ‘‘Cette problématique et cette pratique doivent être réglées d’une manière définitive. Nous devons mettre à la disposition des jeunes ces équipements des terrains de proximité gratuitement. Il y a quelques comportements qui sont négatifs. Il y a eu probablement une exploitation d’une certaine situation due à une certaine conjoncture que nous devons corriger’’, a-t-il déclaré lors d’un point de presse qu’il avait animé à l’issue de sa visite. Mais la question qui taraude les esprits de l’observateur averti : Où va l’argent collecté ? S’il y aura ouverture d’une enquête elle doit être axée vers ce sujet du moment que leur gestion nécessite un contrôle rigoureux des responsables locaux. Alors M. Mohamed Hattab ministre de la Jeunesse et des Sports et Mme Ouinez Labiba wali de Aïn Témouchent iront-ils jusqu’au bout avec l’ouverture d’une enquête ? 

M. LARADJ


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER