Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

El-Djelalta (Relizane)

Les villageois interpellent le wali

©D. R.

Les habitants de la localité d’El-Djelalta, relevant de la commune de Sidi-Khettab, quelques 30 km à l’ouest du chef-lieu de la wilaya de Relizane, ont remis une requête aux responsables de la wilaya dans laquelle ils ont énuméré une série de revendications socioéconomiques. La plus récurrente de ces revendications est celle inhérente à la rareté de l’eau potable dans leur bourgade. Pourtant “la contrainte est technique puisqu’elle est liée à la non-réalisation d’un château d’eau au niveau de notre localité”, ont-ils noté. Par ailleurs, les mêmes requérants ont mentionné la détérioration du réseau routier actuel à l’image de la route qui relie le village à l’école primaire ou le chemin communal, en passant par les autres chemins vicinaux qui relient leur village aux localités voisines. Les contraintes s’accentuent pendant les périodes hivernales en particulier. En conséquence, tous  les déplacements des citoyens ou de leurs enfants pour regagner leurs lieux de travail ou leurs établissements respectifs restent chose ardue au quotidien. Quant au secteur de la santé publique, il n’est  pas aussi bien loti que les autres secteurs suscités. Si par hasard, ont confirmé les citoyens, “une urgence est signalée chez un malade, il doit prendre son mal en  patience et attendre que la chance soit de son côté. Les malades sont évacués vers les chefs-lieux des communes voisines à 17 km, à savoir celui d’El-Hmadna, Oued Djemaâ ou de Relizane-ville”. Quand l’urgence se présente de nuit, le malade est obligé d’attendre jusqu’au petit matin pour y être transféré, et ce, faute de moyens de transport adéquats. Ajoutez à cela le climat d’insécurité qui règne dans cette localité. Les habitants ont été à maintes reprises victimes de vols divers, soit de leurs cheptels, soit de leurs productions agricoles. Ils expliquent ce phénomène “par l’absence d’éclairage public dans leur douar”. Les habitants de ce village demandent l’intervention du premier responsable de la wilaya pour une prise en charge totale de leurs doléances.

E. Yacine



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER