Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

L’Algérie profonde

L’insécurité règne dans les points de vente à Relizane

La situation est grave. L’absence des services de sécurité au niveau d’une douzaine de points de vente du mouton du sacrifice, ouverts pour la circonstance un peu partout à travers les 38 communes de Relizane, a engendré une situation catastrophique où seule la sécurité des personnes et des biens manquaient à l’appel, a-t-on constaté de visu. Hier, du côté du souk de bétail de Yellel, à 30 km à l’ouest de Relizane, c’était la pagaille.
L’impression du laisser-aller et de l’insécurité se dégageaient dès que le père de famille accédait à ce site, dont les alentours directs sont totalement occupés par des centaines de camions bourrés de cheptel, surtout des revendeurs et des voleurs à la tire et des “parkingueurs”, en nombre excessif, fortement armés de gourdins et barres de fer. En l’absence des services de sécurité nous assistons à un “racket organisé” des pseudo-gardiens de voitures qui hantent les lieux. Pendant des années, des maquignons venus de divers horizons ont fait le déplacement à Relizane pour vendre leur cheptel, très apprécié pour ce qu’il offre comme équation qualité-prix, explique-t-on. Mais, ces deux dernières années, ceux-ci se font encore discrets.
En fait, ils sont de moins en moins nombreux et semblent avoir cédé carrément la place à des “trabendistes” du mouton qui ont pris leur place, après avoir découvert ce juteux créneau. “En réalité, explique un éleveur des Hauts-Plateaux approché à ce sujet, les vrais maquignons préfèrent aujourd’hui faire affaire de cette manière, quand cela est possible, et éviter tous les aléas du souk des grandes villes.” Et dans tout cela, le dindon de la farce demeure le pauvre citoyen qui sera plumé malgré lui avec “art et doigté”. En raison des agissements des tenants de ce trabendisme occasionnel limité dans le temps, devenu une pratique courante qui a tendance à se généraliser, le prix du mouton de l’Aïd El-adha à Relizane a grimpé ce weekend, pour atteindre une cote loin de la portée de beaucoup de pères de famille. D’ailleurs, les prix qui y sont appliqués par les maquignons de la région font fuir plus d’un chef de ménage à la bourse moyenne. L’état des lieux de vente du mouton du sacrifice donne l’impression qu’à Relizane tout est permis et que le monde de la clandestinité, qui est sans limite et surtout sans scrupules, est maître incontesté des lieux.

E. Yacine


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER