Scroll To Top

L’Algérie profonde / Ouest

Malgré les 780 poches de sang collectées au premier trimestre 2015 À Oran

L’offre en deçà de la demande

30 000 pochettes/an sont nécessaires pour répondre favorablement aux besoins de la population. ©Zitari/Liberté

Le centre a enregistré 780 donneurs bénévoles durant le premier trimestre de cette année, alors que le total en 2014 était de 1157 dons réguliers.

C’est sous le thème «Un don de sang sauve une vie» que la journée nationale du don et des donneurs de sang a été honorée à Oran, avant-hier, au centre régional de transfusion sanguine de l’EHU 1er Novembre. Le directeur général de l’établissement, le Dr Mansouri, précisera : “Nous sommes actuellement à 18 000 pochettes/an, et notre souhait est de parvenir à un total de 30 000 pochettes, ce qui pourrait permettre de répondre aux besoins de la population de manière aisée et circonspecte.” Pour sa part, le directeur du centre régional de transfusion sanguine de l’EHU d’Oran, M. Lalaoui, reviendra sur les textes et la réglementation de la transfusion sanguine. Il expliquera que tout donneur de sang subit une sérologie complète et que l’acte qu’il accomplit ne le met face à aucun danger comme certains le pensent. Bien au contraire, ce sont ces transfusions qui permettent de déceler certaines maladies.
D’un autre côté, Mlle Belkacem Souhila, laborantine de santé publique auprès de cette institution hospitalière, nous a expliqué que la tranche d’âge requise concerne les 18-65 ans, ayant un poids supérieur à 50 kg. De même qu’elle est revenue sur les facteurs de risques individuels et professionnels des accidents dus au don de sang, en déclarant que toutes les mesures de sécurité ont été prises. Pour éviter tout risque, si l’on se réfère aux accidents et aux contaminations qui ont lieu en milieu hospitalier, il est nécessaire de faire une sérologie complète au  patient avant prélèvement. Comme il a été également question, lors de cette journée, de la «traçabilité» des produits sanguins labiles et de la qualification biologique.  Au-delà des cinq unités composant le centre (CRTS), l’assistant médecin spécialiste hémobiologiste, le Dr Ghaïb, évoquera, notamment, une autre unité d’ qui se consacre au don de plaquettes pour les aux hémophiles. Il conviendra de rappeler que le CRTS a paraphé huit conventions avec des cliniques privés et établissements publics à l’instar des associations qui participent tout au long de l’année à cette campagne. L’administratrice chargée des statistiques, Melle Abri Kamelia, soulignera le fait que le centre a enregistré 780 donneurs bénévoles durant le premier trimestre de cette année, alors que le total en 2014 était de 1157 dons réguliers. Autant le phénomène est en pleine évolution, autant l’offre reste en deçà de la demande, explique Boufeldja Mohamed, administrateur au sein de cette structure.

H. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER