Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

AEP à Relizane

Plusieurs localités ont soif

©D. R.

Le manque d’eau dans de nombreuses localités de la wilaya a tendance à s’installer selon les populations des villages. À commencer par les villageois de Bouazid, faisant partie de la commune de Belacel, qui disent souffrir du manque d’eau.
La localité, devenue un centre de vie de plus de mille habitants avec une école primaire, n’a pas encore son réseau d’adduction d’eau potable, de viabilisation. Les habitants ont compté sur eux-mêmes en creusant des puits qui coûtent cher, sans compter les risques d’accident. La situation portée aux autorités locales n’a rien donné jusque-là.
De leur côté, les autorités de wilaya ne font que des promesses afin de calmer la colère des habitants qui ont bu le calice jusqu’à la lie. “Des promesses, rien que des promesses qui tardent à se concrétiser”, nous apprennent des pères de famille. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, une fois les puits taris, les ménagères se rabattent sur les sources voisines où s’abreuvent bêtes sauvages et domestiques, vecteurs de maladies souvent incurables. Dans des localités comme El-Matmar, les cités populeuses vivent le calvaire des robinets secs. Le wali, il y a une semaine lors de sa visite, a donné instruction pour résoudre ce problème malgré l’existence de trois barrages opérationnels dans la wilaya de Relizane. Certains responsables et des élus n’arrivent pas à suivre le rythme de travail du wali, animé de la volonté de sortir cette wilaya de sa léthargie. Le nombre de sorties sur le terrain par semaine traduit une telle vision, mais il est navrant de constater que ses subordonnés continuent de se voiler la face et ne s’inquiètent pas outre mesure des préoccupations de leurs administrés. Enfin, les habitants de Bouazid réclament leur part de développement. “Nous vivons le calvaire, non pas en matière d’alimentation en eau potable simplement, mais en matière de tracés de routes, de viabilisation, de transport et plusieurs autres insuffisances”, nous lancent des notables de la localité.
Un autre groupe nous a indiqué qu’il est las des promesses de responsables non tenues depuis plus de quinze ans.
Ces habitants réclament leur part de développement. Les communes de la daïra de Hmadna sont à la même enseigne, subissant les mêmes problèmes.

E. Yacine



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER