L’Algérie profonde / Ouest

Relizane

Près de 100 toxicomanes suivis

© D.R.

Cent personnes ayant une dépendance à la drogue ont été suivies, du 1er janvier au 30 septembre par le centre intermédiaire de soins en addiction (CISA) de Relizane, a-t-on appris auprès de sa responsable. Ces patients, dont 20 célibataires et 79 mariés dont deux femmes, présentant une dépendance au cannabis, aux psychotropes et à l'alcool, ont été suivis par le CISA de Relizane, a indiqué notre interlocutrice, soulignant que la poly-toxicomanie (consommation de tous ces produits) est la plus répandue. Parmi les cas suivis durant l'année en cours, dix ont été orientés vers le service de psychiatrie, 28 sont en période d'abstinence et le reste perdu de vue, alors qu’une trentaine de cas ont été orientés vers le centre de psychiatrie de Yellel pour traitement. Notre interlocutrice a toutefois signalé que ce dernier n'a pas vocation de cure mais plutôt de prévention et de sensibilisation. Le CISA s'intègre dans un système intermédiaire entre les consommateurs, toxicomanes et leurs familles d'un côté, et entre les institutions de l'État (services de psychiatrie, centres de cure, CIAJ, ODEJ, DAS, etc.), de l’autre. Il fonctionne comme un maillon fondamental du réseau prévention toxicomanie. De ce fait, il joue “un rôle déterminant dans la prise en charge des fumeurs occasionnels”, a-t-il affirmé. Ouverte depuis des années, cette structure, mitoyenne avec l'établissement hospitalier, remplit une mission de coordination entre des composants de la société. “Nous aidons les familles à la prise en charge de leurs enfants toxicomanes”, nous a-t-on fait savoir. Dans ce cadre, le centre prend en charge l'accueil et les soins des fumeurs occasionnels et les toxicomanes en leur prodiguant des conseils, de l'assistance, ainsi qu'une orientation vers d'autres structures, a ajouté notre interlocutrice.


E. Yacine