Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

Oran

Protestation des corps communs de l’éducation

Hier matin plus d’une vingtaine de personnes, exerçant dans les corps communs de l’éducation à Oran, ont observé un sit-in de protestation juste devant l’entrée de la direction de l’éducation. Face à eux, un nombre important d’agents des forces de l’ordre, comparativement aux protestataires qui tenaient des affiches et des banderoles pour dénoncer leur marginalisation.
Il faut dire que c’est suite à l’appel du syndicat autonome le Syndicat national des corps communs et des ouvriers professionnels de l’éducation nationale (SNCCOPEN), que cette action a été conduite.
Sur place, le représentant des protestataires expliquera qu’il s’agissait de lancer un message aux autorités, pour que leurs revendications soient prises en compte, mais aussi et surtout pour que cessent les intimidations, les pressions et surtout la hogra qui cible trop souvent les travailleurs des corps communs : “Nous subissons beaucoup de pression et d’intimidation, surtout les femmes de ménages, de la part des responsables : une femme de ménage doit faire 40h en 5 jours au lieu de lui donner 6 classes à nettoyer ils vont jusqu'à lui donner 12 classes c’est très difficile” explique notre interlocuteur, qui avec  27 ans de service ne perçoit qu’un salaire de 26 000 DA.
C’est surtout le sentiment de mépris qui motive les contestataires d’autant que depuis des années, ils voient systématiquement leurs délégués exclus  de la Commission nationale des œuvres sociales et  dès lors d’exiger “l'amendement de l'article 9 du décret 01/12 qui stipule que les neuf membres de la Commission nationale des œuvres sociales doivent être élus, dans les trois cycles, parmi le personnel pédagogique”. Autres revendications présentées dans un communiqué, la révision de la classification des corps communs et des salaires, l'augmentation de la prime de rendement à 40%, le droit à la formation continue,  le droit à la retraite après 25 ans de service. À noter que ce syndicat qui a été constitué en 2007, n’a obtenu son agrément qu’en 2013.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER