Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Ouest

L’Algérie profonde

Relizane

©D. R.

Les vespasiennes, un créneau lucratif qui demeure inexploité
Tous ceux qui ont transité et qui continuent de faire escale dans la ville de l’antique Mina ont vécu la même souffrance par manque de vespasiennes afin de soulager leur vessie. Ni dans les cafés ni dans les restaurants, encore moins chez la majorité des médecins ou labos d'analyses privés ou Cnas les toilettes ne sont disponibles ! “Pour uriner, et comme je suis diabétique, je me rends dans une mosquée ou je me penche carrément contre un mur discret le plus proche, je sais que c'est désolant et humiliant, mais hélas on n'a pas le choix, on n'a pas de toilettes publiques chez nous”, nous confie un malade chronique. La loi en vigueur exige de certains commerçants de garder leur WC propre et ouvert toute la journée, mais les propriétaires trouvent mille prétextes pour ne pas l'utiliser : travaux en cours, siphon bouché, manque d'eau, etc. À Relizane, c'est le calvaire, les femmes qui font leurs emplettes à Bermadia, généralement le week-end, ou qui viennent pour un rendez-vous chez un médecin sont obligées de frapper aux portes de certaines maisons pour vider leur vessie. Certaines familles sont compréhensives, elles leur ouvrent les portes, les acceptent comme des invitées, d'autres refusent cette demande la considérant comme insolente. Les vespasiennes sont un créneau lucratif qui demeure inexploité mais très utile, surtout que tout le monde urine au moins quatre fois par jour, sans parler des personnes malades, et quand on sait que la cité prend de l’ampleur.

E. Yacine

Trois ans de prison ferme pour vol
Le tribunal correctionnel de Relizane a rendu son verdict mardi, avec une condamnation à 3 ans de prison ferme à l’encontre de Ch. M., 28 ans, pour vol avec violence, selon la cellule de communication près de la cour de Relizane. Les faits de cette affaire remontent au mois de juin 2016 au quartier Bermadia. En effet, tard le soir, un paisible citoyen, A. A., 48 ans, rentrant chez lui après une dure journée de travail, avait été surpris par l’attaque de B. M., qui l’a roué de coups, puis lui a pris sous la contrainte objets de valeur et argent, même les souliers n’ont pas été épargnés. Des appels aux secours lancés par la victime alertèrent les voisins et passants qui, après une course-poursuite, arrêtèrent et neutralisèrent l’individu. Ils l’emmenèrent ensuite au poste de police. Le procureur de la République a requis à l’encontre du mis en cause la peine de 5 ans de prison ferme, assortie d’une indemnité de 5 millions de centimes, ajoute notre source.

E. Yacine



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER